La diplomatie britannique s’excuse pour avoir refusé le recrutement de personnes LGBT

Dans un message envoyé à ses agents, la diplomatie britannique s’est excusée pour avoir prohibé le recrutement de personnes homosexuelles jusqu’en 1991. Une annonce faite la veille d’une conférence internationale pour l’égalité des droits (ERC).

Dans un message envoyé à tous les agents du Bureau des affaires étrangères, du commonwealth et du développement (FCDO), le sous-secrétaire permanent du ministère des Affaires étrangères, Philip Barton, a présenté ses excuses au nom de la diplomatie anglaise pour avoir interdit le recrutement de personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) jusqu’en 1991.

D’après lui, il s’agissait d’une approche «malavisée» qui a privé le Royaume-Uni de certains de ses «meilleurs talents», a rapporté le communiqué de la diplomatie anglaise. «Je veux présenter des excuses publiques pour cette interdiction et l’impact qu’elle a eu sur notre personnel LGBT et leurs proches, ici au Royaume-Uni et à l’étranger», a regretté Philip Barton, trente ans après la levée de cette interdiction. «A cause de cette vision malavisée, des carrières ont été interrompues, écourtées ou arrêtées avant même d’avoir pu les commencer.

Et le service diplomatique s’est sans aucun doute privé de certains des meilleurs talents du Royaume-Uni», a-t-il ajouté, soulignant qu’«au cours des 30 années qui ont suivi la levée de l’interdiction, le FCDO a fait de grands progrès en devenant un employeur fier et inclusif des personnes LGBT, et un champion des droits LGBT dans le monde entier».

Une annonce faite la veille d’une conférence internationale pour l’égalité des droits

Si les relations entre personnes de même sexe ont été décriminalisées en 1967 au Royaume-Uni, l’interdiction de recruter des personnes LGBT s’est poursuivie jusqu’en 1991 de peur qu’elles soient plus vulnérables que les personnes hétérosexuelles au chantage. Cette peur avait été alimentée par plusieurs scandales d’espionnage dont celui de John Vassall, un employé homosexuel de l’ambassade britannique à Moscou piégé par les Soviétiques. Ils avaient fait chanter l’espion anglais en le contraignant à transmettre des secrets au KGB avant d’être arrêté en 1962 et condamné à 18 ans de prison.

Ces excuses publiques interviennent la veille d’une conférence de la Coalition intergouvernementale pour l’égalité des droits (ERC), co-organisée par le Royaume-Uni le 6 et 7 juillet. Cette réunion réunira des ministres de 42 pays, des représentants d’organisations de la société civile et des participants d’organisations internationales, dont les Nations unies et la Banque mondiale. En février, le chef des services secrets britanniques, Richard Moore, avait lui aussi présenté des excuses publiques pour le traitement discriminatoire infligé aux personnes homosexuelles qui avaient également été écartées du MI6 jusqu’en 1991.

Source à l’adresse RT France