Des centaines de manifestants devant l’Hôtel de Ville pour dénoncer le «saccage de Paris»

Des Parisiens se sont réunis le 6 juillet devant l’Hôtel de Ville pour dénoncer la politique d’aménagement controversée menée par l’équipe d’Anne Hidalgo. Face aux critiques, la municipalité promet d’apporter des correctifs.

Le 6 juillet en fin de journée, à l’issue du Conseil de Paris, des citoyens fermement opposés à la politique d’aménagement conduite par la Ville de Paris ont manifesté devant l’Hôtel de Ville. Pour eux, les choix opérés par la maire Anne Hidalgo portent atteinte à la beauté de la ville.

Cette mobilisation s’est déroulée à l’appel du collectif l’Union parisienne et des sympathisants de la campagne virale #SaccageParis qui se déroule sur les réseaux sociaux depuis le mois de novembre. Nées d’un mouvement populaire, les publications de Parisiens se sont multipliées sur les réseaux sociaux dénonçant, photos à l’appui, un «saccage» de la capitale française.

Ce n’est pas compliqué, il n’y a rien de bien

Interrogée par RT France, Paule, habitante du VIe arrondissement présente à cette manifestation, exprime son mécontentement : «Le saccage de Paris, tout le monde l’a vu, tout le monde le voit […] Il y a tellement de choses à dire sur ce qu’elle [Anne Hidalgo] fait. Ce n’est pas compliqué, il n’y a rien de bien. La saleté, le manque de considération des administrés, la voirie, les terrasses […] sans réglementation […], les piétons qui sont tout le temps en danger, le mobilier volé et remplacé par des trucs hideux […] Il n’y a rien de bien !» 

Pour la vice-présidente de l’Union parisienne Véronique Chartier, «il y a plusieurs revendications [car] nous ne voyons pas Paris s’améliorer mais sombrer». La responsable du collectif demande notamment à la mairie de Paris de résoudre le problème du crack dans le quartier Stalingrad, qui créé de l’insécurité pour les riverains.

Après plusieurs mois de polémique, la municipalité parisienne avait annoncé le 5 juillet qu’elle allait mettre en place huit mesures concrètes avec effet immédiat pour améliorer la beauté de la ville. Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la mairie de Paris chargé de l’urbanisme et l’architecture, avait annoncé que la Ville allait «retirer le mobilier inutile» et supprimer le «mobilier inesthétique». L’adjoint a également précisé que Paris allait soutenir ses efforts en matière de propreté.

Source à l’adresse RT France