Obligation vaccinale : Dupont-Aignan critique le recours à «un produit toujours en phase d’études»

Le député regrette la possible obligation de vaccination des soignants face au Covid-19. Mais l’exécutif semble réfléchir à cette solution. Selon la ministre De Montchalin : «Si on ne le fait pas par l’incitation, il faudra le rendre obligatoire.»

Le débat autour de l’éventualité de rendre obligatoire la vaccination pour le personnel soignant a fait réagir Nicolas Dupont-Aignan ce 6 juillet : «On n’impose pas à quelqu’un un produit toujours en phase d’études […] un vaccin dont le fabriquant se désengage de toute responsabilité», a déclaré sur CNews le président de Debout la France.

L’exécutif multiplie les consultations ces jours-ci pour trancher sur cette possibilité. A l’Elysée, Emmanuel Macron doit recevoir ce 6 juillet les leaders syndicaux et patronaux pour un tour d’horizon des sujets d’actualité, dont l’hypothèse d’une obligation vaccinale pour les soignants. Son Premier ministre Jean Castex recevra aussi les chefs de file du Parlement et des élus locaux pour aborder, entre autres, cette question, alors que le gouvernement travaille à un projet de loi, selon les confidences d’une source gouvernementale auprès de l’AFP.

57% des soignants vaccinés dans les Ehpad, 64% à l’hôpital

Dans une tribune publiée le 4 juillet par le JDD, 96 médecins ont demandé au gouvernement «de prendre dès à présent la décision d’obligation vaccinale» pour tout salarié d’un Ehpad ou d’un hôpital «[s’]exposant ou exposant les personnes dont elle est chargée à des risques de contamination» au Covid-19.

Ces soignants, dont des chefs de service devenus des figures médiatiques de la pandémie, veulent une mesure «effective avant le début du mois de septembre» pour «éviter une quatrième vague» rendue possible par la progression du variant Delta.

Le taux de vaccination des soignants est de 57% dans les Ehpad et 64% à l’hôpital, selon la Fédération hospitalière de France (FHF). Un niveau qui «reste clairement insuffisant», selon le coordinateur de la stratégie nationale de vaccination Alain Fischer, également dans le JDD. Et d’en conclure que «pour ces professionnels, on a atteint ce point de dernier recours» de l’obligation.

La ministre de la Fonction publique Amélie de Montchalin est allée dans ce sens ce 6 juillet, déclarant que «l’objectif est que les lieux où on se soigne ne soient pas des lieux où on attrape le virus». «Si on ne le fait pas par l’incitation, il faudra le rendre obligatoire», a-t-elle lancé sur RMC.

«Le vaccin, c’est une chance, pas une pénalité», avait déjà insisté le 4 juillet au soir le ministre de la Santé Olivier Véran, alors qu’il avertissait sur Twitter du risque d’une éventuelle résurgence de l’épidémie, notamment sous l’effet de ce variant Delta qui gagne du terrain dans de nombreux pays.

«Demander à un soignant de se vacciner, ce n’est pas le pointer du doigt», a également expliqué le ministre, qui assistait à une édition spéciale du festival de musique Solidays dédiée aux soignants, justement. Il s’agit selon lui de «leur demander d’aller au bout de leur engagement», alors que certains vaccins sont déjà obligatoires pour eux, a-t-il rappelé.

Source à l’adresse RT France