Attal moqué pendant un concours d’éloquence pour ses préjugés et critiqué sur la toile

«Les clichés sont toujours dans le même camp», s’est vu rétorquer lors d’un concours d’éloquence le porte-parole du gouvernement après s’être étonné sur le ton de l’humour qu’un livreur de sushis s’appelle Charles-Henri.

Un trait d’humour qui passe mal : le secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a été critiqué sur les réseaux sociaux après s’être étonné qu’un homme a déclaré que son livreur de sushis s’appelait Charles-Henri. Si la scène date du 31 mai, l’extrait vidéo a fait réagir ces derniers jours après avoir été partagé par le porte-parole Jeunesse de la France Insoumise, David Guiraud, avec ce commentaire : «Ce moment de gros malaise vous est offert par le porte-parole du gouvernement.»

L’échange entre Gabriel Attal et le commissaire aspirant Hugo Mitifot a eu lieu lors de la finale du prix Clémenceau, le concours d’éloquence du ministère des Armées.

«Personnellement, mon héros de l’année […] ça a été Charles-Henri, 22 ans, qui me livrait mes sushis à 22h», a déclaré le candidat. Quelques instants plus tard, Gabriel Attal lui a posé cette question : «J’ai compris que c’était Charles-Henri qui vous livrait vos sushis à 22h. Du coup, je voulais savoir : où est-ce que vous habitez ?»

Peut-être qu’à Paris, les Karim ils sont dans la rue, et à Marseille ils sont à l’université

«L’humour parfois change de camp», commente le maître de cérémonie. «Mais les clichés sont toujours dans le même camp», répond alors le candidat, avant de préciser son propos : «Parce que figurez-vous que j’habite à Marseille […] Peut-être qu’à Paris, les Karim ils sont dans la rue, et à Marseille ils sont à l’université».

L’éditorialiste Alexis Poulin a commenté l’échange en un mot : «Magnifique.»

La directrice adjointe de la rédaction de Libération Lauren Prevost a relayé un article du quotidien intitulé «Gabriel Attal, renvoyé à ses “préjugés”, devient rougeot à la bataille de mots» en commentant : «Avec les compliments de Charles-Henri.»

Source à l’adresse RT France