Eric Zemmour attaque en justice son ancien éditeur Albin Michel pour rupture abusive de contrat

L’avocat d’Eric Zemmour a annoncé attaquer en justice Albin Michel pour rupture abusive de contrat, après que l’éditeur a décidé de ne pas publier le prochain livre du polémiste prévu à la rentrée.

Le 7 juillet, l’avocat d’Eric Zemmour a annoncé que le journaliste et essayiste avait attaqué en justice son ancien éditeur Albin Michel pour rupture abusive de contrat.

«Il n’y a jamais eu d’accord entre Albin Michel et mon client pour rompre le contrat», a fait savoir Arnaud de Senilhes dans un communiqué. Il ajoute qu’il a assigné l’éditeur «devant le tribunal judiciaire de Paris dès le 30 juin».

Albin Michel, après avoir édité cinq ouvrages de l’éditorialiste de CNews, avait annoncé fin juin qu’il renonçait à faire paraître le suivant, en raison du fait que l’auteur souhaitait «devenir un homme politique» et «faire de son prochain livre un élément clé de sa candidature» à l’élection présidentielle de 2022.

Contacté par l’AFP, Eric Zemmour a simplement confirmé la procédure en cours et s’est refusé à tout autre commentaire.

Une rupture «conforme au termes du contrat» et qui n’a «rien d’idéologique», selon Albin Michel

De son côté, l’avocat d’Albin Michel, Christophe Bigot, a jugé «totalement injustifié d’évoquer une rupture unilatérale de contrat». «La renonciation des Editions Albin Michel, compte tenu du calendrier de parution que l’auteur voulait imposer en septembre 2021, s’effectue conformément aux termes d’un contrat qui autorise cette renonciation et en encadre les modalités», a-t-il assuré dans un communiqué.

Dans un entretien publié le 7 juillet par le magazine Livres Hebdo, le président d’Albin Michel, Gilles Haéri, a expliqué que cette décision n’avait «rien d’idéologique».

Eric Zemmour n’a jamais fait part publiquement de son intention d’être candidat à la prochaine élection présidentielle, et la rupture de contrat avec Albin Michel le laisse sans éditeur. L’ouvrage était presque prêt, avec des discussions en cours sur la couverture. «Ni juridiquement ni moralement, Albin Michel ne peut décider tout seul dans son coin de jeter aux orties un auteur qu’ils sont allés chercher et moins encore deux mois avant la parution du livre», a estimé l’avocat d’Eric Zemmour.

D’après Le Monde et Le Figaro, l’affaire a provoqué chez Albin Michel le départ de Lise Boëll, l’éditrice qui avait fait venir Eric Zemmour en 2012 et avait été derrière un grand succès de librairie, Le Suicide français (2014). Albin Michel a indiqué à l’AFP que Lise Boëll avait démissionné, et donc quitté l’entreprise de son propre chef.

Source à l’adresse RT France