Les pénuries ralentissent l’activité industrielle s’alarment les Echos.

Pour le journal les Echos, les pénuries de semi-conducteurs ralentissent l’activité industrielle européenne !

« La production automobile européenne est plafonnée par les pénuries de composants. Le nombre de véhicules produits en Allemagne reste 28 % inférieur à ce qu’il était avant la pandémie. D’autres industries souffrent de l’explosion de la demande partout dans le monde, ce qui crée des difficultés d’approvisionnement et fait grimper les prix.

Les pénuries de composants ont désormais des effets visibles à l’échelle européenne. Si le moral des industriels est au beau fixe et si les carnets de commandes sont remplis, la production industrielle de la zone euro n’avait pas encore retrouvé, en avril, son niveau de février 2020, c’est-à-dire avant l’apparition du Covid sur le Vieux Continent.

Les premiers chiffres du mois de mai en provenance de la première puissance industrielle européenne, l’Allemagne, ne sont pas très bons. La production industrielle y a très légèrement baissé. Cette contre-performance s’explique d’abord par la chute de la production du secteur automobile . Cette dernière a en effet baissé en mai (de 7 %), pour le cinquième mois consécutif. Et reste 28 % inférieure à son niveau d’avant la pandémie ».

Pensez-vous que les estimations de croissance économique, que les prévisions de « reprises » puissent-être réelles et crédibles quand il y a des pénuries massives ? Ces dernières ne sont pas prises en compte dans les beaux scénarios de nos mamamouchis.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Les Echos.fr ici

Source à l’adresse Insolentiae