L’Europe c’est la hausse de l’électricité qui va flamber en 2022

Rien de neuf sous le soleil artificiel comme une ampoule puisque depuis que l’Europe dérégule le marché de l’électricité, et c’est particulièrement le cas en France, la facture de nos concitoyens flambe continuellement année après année.

« Electricité : risque de flambée des factures en 2022
Les tarifs réglementés de l’électricité devraient augmenter de 0,48 % le 1er août mais une hausse plus importante est prévisible le 1er février 2022 à cause de l’emballement des prix sur le marché de gros. Le gouvernement cherche une parade.

Les consommateurs doivent s’attendre à une hausse beaucoup plus importante le 1er février 2022 lors de la prochaine révision des tarifs réglementés à cause de l’emballement du marché de gros de l’électricité. L’augmentation sur les factures pourrait atteindre jusqu’à 5 % ou 6 %, selon BFM Business. Cette hausse représenterait un surcoût d’une cinquantaine d’euros par an en moyenne pour un client résidentiel. »

Je vous passe tous les détails forts utiles de cet article du Progrès que je vous invite à lire, mais disons que seule l’électricité nucléaire peut sauver la France d’une explosion du coût de l’énergie, car non seulement les énergies renouvelables sont intermittentes, mais surtout elles sont nettement plus coûteuses.

Pour autant, le nucléaire est-il une bonne énergie ? Oui, sauf qu’elle est dangereuse et qu’il est difficile voire impossible pour le moment d’en gérer les déchets radioactifs pour des millénaires…

Triste constat.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Le Progres.fr ici

Source à l’adresse Insolentiae