L’OMS n’exclut pas l’émergence de nouveaux variants potentiellement «plus dangereux»

Des experts de l’OMS ont mis en garde le 15 juillet contre la possible apparition de variants du Covid-19 qui seraient «encore plus difficiles à contrôler» que ceux officiellement recensés à travers le monde.

Le Comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde le 15 juillet contre la «forte probabilité» de l’émergence de nouveaux variants du coronavirus dont le facteur de dangerosité serait plus important. 

«La pandémie est loin d’être finie», notent dans un communiqué ces experts, réunis la veille, qui conseillent le directeur général de l’OMS. «Il y a une forte probabilité de l’émergence et de la diffusion de nouveaux variants inquiétants possiblement plus dangereux et encore plus difficiles à contrôler», ajoutent-ils. «Les tendances récentes sont préoccupantes. 18 mois après la déclaration d’une urgence de santé publique internationale nous continuons à courir après le virus et le virus continue à courir après nous», a souligné le président du comité, le Français Didier Houssin, lors d’un point de presse.

Une troisième dose de vaccin contre le Covid est peu justifiée scientifiquement selon l’OMS

Pour l’heure, l’OMS répertorie quatre variants dits inquiétants : Alpha, Beta, Gamma et Delta. Le variant Delta, répertorié d’abord en Inde, est en train de se répandre à très grande vitesse à travers le monde en provoquant une forte résurgence de la pandémie. Beaucoup plus contagieux que les autres, il se montre un peu plus résistant aux vaccins même si ceux-ci continuent à bien protéger des cas les plus graves de Covid-19 et des décès.

Le professeur Houssin a en outre souligné que le comité faisait deux recommandations principales : défendre l’accès équitable aux vaccins et ne pas prendre d’initiatives peu justifiées scientifiquement comme une troisième dose de vaccin anti-Covid, proposée notamment par le groupe Pfizer/BioNTech.

La position de l’OMS sur cette question est partagée par la Food and Drug Administration (FDA) et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) aux Etats-Unis. Dans un communiqué commun, les deux organismes avaient estimé plus tôt que les Américains ayant été complètement vaccinés n’avaient pas besoin de recevoir une dose supplémentaire à l’heure actuelle.

Source à l’adresse RT France