Maison Citroën de Beaune : du feel good dans les chevrons

À peine finalisée, la Maison Citroën de Beaune révolutionne l’approche classique d’une concession. À l’aise dans les valeurs de partage et d’ouverture, son directeur Michel Varziniac s’y sent déjà comme à la maison.

Citroën a donné de la rondeur à ses chevrons et du « feel good » à sa maison. D’abord, sa gamme a été largement renouvelée. Elle a du style et de la personnalité, C3 et C4 en tête. Cette nouvelle identité a entraîné une réflexion autour de ce que doit être une concession d’aujourd’hui. Dans une configuration urbaine, les surfaces sont plus petites. L’espace d’exposition, la manière d’accueillir, l’expérience client ne sont pas les mêmes. Le concept mondial de Maison Citroën entend répondre à ces problématiques de façon spectaculaire. Et c’est à Beaune qu’il prend sa forme la plus aboutie. Michel Varziniac présente avec affection sa concession new look, en phase de finalisation : « Il n’y en a pas deux comme elle. »

Citroën, un lien fort avec Beaune

Le directeur de DS Automobiles et Citroën Beaune est heureux de faire cohabiter les deux marques voisines sur un même niveau esthétique. Il sait ce qu’il doit à son PDG Erik Chopard, « qui a cru à mon histoire et s’est engagé auprès de la marque, non pas sur une rénovation mais bien un ambitieux projet de construction ». Le duo a même pris son cep de pèlerin au niveau national pour expliquer très sérieusement que Beaune, c’est « l’endroit idéal, the place to eat, une capitale mondiale des vins, avec 1,8 million de touristes par an. ». Et pour les Beaunois, cette concession a des racines profondes. Ils ont toujours connu un garage Citroën ici, rue du Faubourg Bretonnière.

Un simple micro-trottoir évoquant le nom de « Champion » en apporterait la preuve éclatante. La configuration de la concession est aussi très révélatrice : au contact du centre-ville, à un jet de bouteille des vignes et des restaurants… Ce qui n’est pas pour déplaire au directeur. « Tout l’enjeu de cette Maison Citroën est de coller à l’esprit de convivialité de la ville. Cela passe en premier lieu par l’ambiance visuelle : on doit être à Beaune ! »

Sur ce point, le curseur a été poussé loin. Par exemple, « nous avons reproduit les mêmes effets pavés que sur la place Carnot pour notre seuil d’entrée ». Dehors toujours, un vaste parking accueillera un container événementiel, avec la voiture du moment posée bien en évidence. 

La Maison Citroën de Beaune est conçue en plusieurs espaces de convivialité, interactifs ou plus « revival ».
Dans tous les cas, chacun restitue une ambiance « feel good » et authentique chère à la marque.

Les gravillons !

Sur les 2000 m2 intérieurs, on a insisté jusqu’au tout dernier moment sur « des couleurs chatoyantes et un vrai travail sur l’éclairage du showroom ». L’impressionnante façade en verrière (600 kilos par vitre !) est la bienvenue. Outre les espaces d’exposition, on compte une zone d’attente chère à la marque, un espace de personnalisation de sa future Citroën, un petit espace rétro en clin d’œil au génial « papa » André. Le patron des lieux ne s’interdit par d’exposer quelques modèles mythiques : Traction, DS, 2 CV… Avec un peu d’imagination, on verrait presque sœur Clotide débarquer à toute berzingue, sous le nez d’un gendarme connu… « Les gravillons, les gravillons ! »

Cette Maison surfe sur les codes qui ont construit le mythe Citroën. Son responsable sait combien le Pays beaunois est un terrain de jeu prisé des passionnés chevronnés. « Il nous faudra mobiliser ce réseau de collectionneurs, capitaliser sur notre authenticité et le caractère « plaisir » de la marque », croit Michel Varziniac, très sensible au supplément d’âme des lieux. « Cela passera aussi par des actes plus légers, comme la vente de vélos Rider The Citroënist, que nous allons aussi prêter pour faire un tour en ville. » Après tout, pourquoi pas : la Team Citroën AG2R est en plein Tour de France à l’heure où nous écrivons ces lignes… Et puis, comment l’oublier, un Citroënist Café permettra tous les happenings gourmands. Marie Simon, pâtissière de haut niveau ayant installé sa réputation sur la place à la vitesse d’une Citroën SM, pourrait y avoir son rôle…

La fête en novembre

Sur place, ce grand renouveau profitera à 27 collaborateurs, de l’administratif à l’après-vente. « Sans doute à d’autres, car nous allons recruter au moins un commercial. » Tous ont été formés à cet environnement de travail à haute valeur ajoutée, « car évoluer dans un tel lieu, c’est aussi adopter de nouveaux réflexes d’accueil ». En jeu, un rythme de croisière de 500 véhicules neufs et 400 véhicules d’occasion par an. Comme toujours, l’acte d’achat et la satisfaction des deux parties est au bout de la route. 

Michel Varziniac y croit à fond. Il est à Beaune depuis trois ans. Il connait la ville, la respire et, cela lui arrive, la goûte. « La ville m’a vraiment bien accueilli », résume l’intéressé, impatient de réunir amis et partenaires pour l’inauguration officielle de la Maison Citroën Beaune. Et pourquoi ne pas se laisser le temps d’une célébration un peu plus tard, en novembre ? Cette période de l’année est inscrite dans le rythme biologique des Beaunois. On ne va quand même pas vous expliquer pourquoi…

Source à l’adresse Dijon/Beaune, le mag