Isère : le centre de vaccination contre le Covid-19 d’une petite ville vandalisé dans la nuit

Un centre de vaccination contre le Covid-19 a été vandalisé à Lans-en-Vercors, en Isère. Des inscriptions contre la vaccination, comparant notamment celle-ci à un «génocide», ont été taguées sur l’édifice.

Un centre de vaccination contre le Covid-19 a été vandalisé à Lans-en-Vercors (Isère) dans la nuit du 16 au 17 juillet, selon des informations que l’AFP a obtenues auprès du maire de cette commune, confirmant une information du quotidien régional Le Dauphiné Libéré. 

«Le bâtiment communal dans lequel était installé le centre de vaccination est complètement hors d’usage, tous les systèmes de lutte contre l’incendie ont été ouverts», explique l’édile de la ville à l’AFP.

Du mobilier, des seringues et des compresses ont également été saccagés. 

«1940», «ARN=danger», «Vaccin=génocide» : des inscriptions anti-vaccins ainsi que des croix de Lorraine ont aussi été taguées sur l’édifice ainsi que sur l’office de tourisme.

«On fait des raccourcis douteux et ignobles, c’est un manque de culture et de respect total par rapport à l’histoire du Vercors», haut lieu du maquis durant la Seconde Guerre mondiale, dénonce le maire. 

Du matériel municipal stocké dans des garages sous le bâtiment a lui aussi été endommagé tandis que la structure et le parquet du bâtiment sont gorgés d’eau. 

«On paye aussi le prix de l’instrumentalisation de certains grands politiques nationaux qui pour exister aujourd’hui se servent de la méfiance vis-à-vis de la vaccination», accuse le maire, en établissant un lien avec différents comités anti-pass sanitaire locaux. 

La salle communale de cette petite ville de 2 600 habitants devait à nouveau accueillir ce week-end un centre de vaccination à la suite du regain d’intérêt pour le sérum lié à l’élargissement du pass sanitaireune décision de l’exécutif qui suscite en outre d’importantes protestations

La maison médicale devrait pouvoir procéder à certaines des vaccinations prévues ce 17 juillet. Une plainte devait être déposée dans l’après-midi. L’enquête a été confiée à la gendarmerie de Villard-de-Lans, qui s’est rendue sur place. 

Source à l’adresse RT France