Une école maternelle rebaptisée «Samuel Paty», inquiétude chez les parents

La petite ville azuréenne de Cap-d’Ail a été officiellement rebaptisée du nom du professeur assassiné par un islamiste, Samuel Paty, malgré l’opposition de parents d’élèves.

Une école maternelle située à Cap-d’Ail, dans les Alpes-Maritimes, initialement nommée Saint-Antoine, a été rebaptisée le 16 juillet : elle portera désormais le nom de Samuel Paty, professeur d’histoire victime de la barbarie islamiste en octobre 2020.

La plaque, avec la sobre mention «enseignant de la République», a été dévoilée en pleines vacances scolaires en présence de la sœur du professeur, Mickaëlle Paty, du député Les Républicains (LR) Éric Ciotti, de la directrice de l’école et de tous les directeurs qui l’ont précédée, a indiqué le maire LR Xavier Beck à l’AFP.

Samuel Paty, 47 ans, avait été décapité le 16 octobre dernier près de son collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) par le terroriste Abdoullakh Anzorov qui lui reprochait d’avoir montré des caricatures de Mahomet à des élèves.

La décision de rebaptiser l’école Saint-Antoine avait été prise en conseil municipal dès le 23 octobre. Quatre membres de l’opposition, sur 27 conseillers municipaux, avaient voté contre.

«Lors de cette délibération, on m’avait dit que la décision était précipitée et même que l’enquête n’était pas terminée», a rappelé Xavier Beck à l’AFP.

«Puis s’en était suivie une discussion sur la mise en danger des enfants qui allaient devenir des cibles, la même qu’il y avait eu à Pégomas [Alpes-Maritimes] lorsque le collège avait été baptisé du nom d’Arnaud Beltrame en 2018», a poursuivi le maire. France 3 rappelle qu’aucun incident n’a été signalé dans cet établissement. Une pétition (317 signatures au 18 juillet 2021) avait tout de même été lancée en octobre 2020 par des parents d’élèves inquiets pour la sécurité de leurs enfants. Ils ont également témoigné de certaines craintes dans des propos recueillis par France Bleu Azur.

«Des parents d’élèves avaient menacé de retirer leurs enfants de l’école mais je constate qu’aucun ne l’a fait. Je leur réponds que je ne me préoccupe pas des parents d’élèves mais des élèves eux-mêmes qui sont les citoyens de demain et je considère qu’un enseignant de la République doit pouvoir donner ses cours sans se censurer», a encore ajouté Xavier Beck.

«Je forme le vœu que demain des dizaines d’écoles, de lycées et d’universités portent le nom de ce héros de la République», a souligné de son côté le député LR de Nice Eric Ciotti lors de l’inauguration.

D’autres municipalités, depuis cet attentat, ont aussi fait part de leur intention de renommer l’un de leurs établissements, mais celle de Cap-d’Ail est la première à le faire, selon le maire qui a pu s’entretenir à ce sujet avec la sœur de Samuel Paty et a eu besoin de l’accord de la famille pour procéder au changement de nom.

La municipalité d’Ollioules (Var) avait voulu rebaptiser un collège mais y avait renoncé face aux réticences locales.

Source à l’adresse RT France