Affaire Steve Maia Caniço : un commissaire mis en examen pour homicide involontaire

Le commissaire divisionnaire Grégoire Chassaing, chargé du dispositif policier au moment de la chute dans la Loire de Steve Maia Caniço à Nantes en juin 2019, a été mis en examen pour homicide involontaire, selon le parquet de Rennes.

Le parquet de Rennes a fait savoir ce 20 juillet que le commissaire divisionnaire Grégoire Chassaing, chargé du dispositif policier au moment de la chute dans la Loire de Steve Maia Caniço à Nantes en juin 2019, avait été mis en examen pour homicide involontaire.

«Il conteste les motifs et les termes de sa mise en examen mais il ne souhaite faire aucun commentaire sur une instruction en cours», a déclaré à l’AFP son avocat Louis Cailliez.

Le parquet de Rennes avait annoncé le 17 juin que le jeune homme décédé à Nantes lors de la fête de la musique en 2019, était tombé dans la Loire «dans le temps de l’intervention de la police nationale» venue disperser le rassemblement selon une analyse des relevés de son téléphone.

Le procureur de la République Philippe Astruc avait annoncé la convocation en juillet de plusieurs personnes, dont deux policiers : «Le magistrat instructeur a adressé cette semaine différentes convocations pour le mois de juillet, pouvant aboutir à une mise en examen ou au placement sous le statut de témoin assisté, à six personnes physiques et deux personnes morales.» 

Il s’agissait notamment du directeur départemental de la sécurité publique de Loire-Atlantique par intérim et du commissaire divisionnaire en en question, ainsi que de la maire de Nantes et du préfet de Loire-Atlantique en poste au moment des faits. 

Steve Maia Caniço, un animateur périscolaire de 24 ans, s’était rendu à une soirée en bord de Loire dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Son corps avait été retrouvé noyé dans le fleuve plus d’un mois plus tard.

Sa disparition avait déclenché une vive émotion dans la ville où des manifestants ont réclamé «Justice pour Steve», jugeant l’intervention policière et l’usage de gaz lacrymogène disproportionnés face à des jeunes qui s’amusaient dans un quartier sans habitation.

Détails à suivre… 

Source à l’adresse RT France