Jean-Louis et Susanne Bottigliero transmettent l’Hostellerie de Levernois et Sainte-Sabine à « Mademoiselle »

On la connait sous le nom de « Mademoiselle » à Courchevel, en écho à la célèbre « Madame Fenestraz » dont elle fut la protégée. Dijonnaise d’origine, Séverine Pétilaire s’engage en terrain conquis auprès de Susanne et Jean-Louis Bottigliero en reprenant l’Hostellerie de Levernois et le Château de Sainte-Sabine. La belle histoire va faire grand bruit en Bourgogne.

« Je l’ai connue à Gilly, au tout début de ma carrière. Stagiaire, elle était déjà incroyable. » L’histoire commune entre Jean-Louis Bottigliero et Séverine Pétilaire remonte à loin. 30 ans de croisements dans des parcours différents, mais qui finalement se rejoignent d’une manière totalement inattendue. Ce mercredi, à 16 heures, en présence des cadres de l’Hostellerie de Levernois et de Sainte-Sabine, Jean-Louis et Susanne Bottigliero, que tout le monde (re)connaît en Bourgogne parmi les plus grands professionnels du secteur, ont signé l’acte de transmission de leurs établissements à celle qu’on appelle « Mademoiselle » dans les Alpes.

Transmission, le mot est important. « Nous conservons 5% des parts, cela n’a rien d’un secret, car nous voulons nous inscrire dans une action de transmission », insiste le couple cédant. Il est vrai que le parcours de l’investisseuse, qui agit ici à titre personnel, est particulièrement admirable. Originaire de Dijon, Séverine Pétilaire a suivi sa première formation à l’école de Poligny. Après Gilly-les-Cîteaux, Jean-Louis Bottigliero prendra la direction du Martinez à Cannes. Il n’hésitera pas à lui confier l’ensemble de la restauration de l’établissement, soit 120 personnes. Puis celle-ci deviendra directrice adjointe du Méridien de Bruxelles, à l’âge de 28 ans. Avec les promesses d’une carrière de haut vol.

« La bonne personne au bon endroit »

C’est encore une fois ce même Jean-Louis qui présentera sa protégée à Raymonde Fenestraz, la reine de Courchevel. Très vite, Séverine sera la DG opérationnelle et unanimement reconnue pour ses compétences de l’empire de celle qu’on appelle « Madame ». D’où ce surnom de « Mademoiselle » qu’elle donnera quelques années plus tard à son propre établissement, créé avec le charismatique Stéphane Courbit, après avoir accompagné ce dernier dans la reprise du groupe de Madame Fenestraz.

Séverine a donc pris goût à la grande aventure entrepreneuriale. Avec l’idée, toutefois, de revenir à un format plus adapté à sa propre histoire. « Depuis deux ans, nous discutons de cela avec elle », confient Susanne et Jean-Louis Bottigliero. « Nous sommes persuadés que c’est la bonne personne au bon endroit, elle a des compétences énormes et un incroyable carnet d’adresses. »

« Mademoiselle » revient au pays, avec des idées plein la tête. À peine avait-elle signé l’accord mercredi, que cette grande dame a pris son rôle à bras le corps. Elle sera là, à Sainte-Sabine ce vendredi, pour rencontrer les chefs d’entreprise lors d’une table ouverte organisée par la CPME de Côte-d’Or. L’histoire s’écrit désormais au féminin. Jean-Louis et Susanne eux-même n’avaient pas imaginé qu’elle se poursuivrait d’aussi belle manière.

Source à l’adresse Dijon/Beaune, le mag