« Miroir du Prince » : de Chalon à Autun, une histoire du mécénat à la cour du duché de Bourgogne

En partenariat exceptionnel avec le musée du Louvre, le musée Rolin d’Autun et le musée Vivant Denon de Chalon tiennent jusqu’au 19 septembre une exposition qui fera date. « Miroir du Prince » fait le point sur le mécénat artistique des plus hauts dignitaires de la cour des ducs de Bourgogne, Nicolas Rolin en premier lieu. Et éclaire, en miroir, le faste culturel du XVe siècle bourguignon. Immanquable.

Au XVe siècle, la puissance politique et militaire des ducs de Bourgogne se traduit dans les arts et l’artisanat. Le duché de Bourgogne s’impose, pendant cette période, comme l’un des plus importants centres culturels européens. Les très pieux ducs attirent à eux les plus grands artistes de leur temps, notamment de brillants peintres flamands. Dans le sillage de leurs souverains, les hauts dignitaires bourguignons font aussi rayonner leurs armoiries à travers les arts. Peintures, sculptures, orfèvreries doivent témoigner de leur rang et de leur piété. On doit à ce mécénat civil certaines des œuvres les plus remarquables du XVe siècle, qu’il est possible de découvrir cet été lors de l’exposition-événement « Miroir du Prince ». Montée en partenariat avec le musée du Louvre, qui prête une dizaine de pièces, l’exposition entre Chalon et Autun couvre tous les champs artistiques. 

Au musée Rolin, huit salles d’exposition dévoilent 80 œuvres variées, qui proviennent d’un peu partout en Europe. Elles viennent notamment des commandes de Nicolas Rolin, le très puissant chancelier de Philippe le Bon, et de celles de la maison de Clugny, une famille noble originaire d’Autun, proche du pouvoir ducal. « L’exposition s’attache à replacer ces dignitaires dans le contexte général de l’époque et s’intéresse à leur fonction de mécène. Ces grands personnages de l’Autunois imitent leurs maîtres, ils se font le miroir de leur prince en faisant briller leur nom à travers l’art », note Laura Goedert, la conservatrice adjointe du musée Rolin.

Le panoptique d’Autun : le musée Rolin bientôt transformé
« Miroir du Prince » sera l’une des dernières expositions avant que le musée Rolin ne connaisse une transformation de très grande envergure. Le chantier, qui débutera en 2022 pour durer trois ans, prévoit d’adjoindre deux bâtiments aux locaux actuels du musée (l’ancien hôtel du chancelier Nicolas Rolin, dont on a retrouvé les restes sur place lors des travaux) : une prison panoptique du XIXe siècle (au centre de l’image) et l’ancien palais de justice. L’ancienne prison circulaire deviendra le cœur de l’ensemble grâce à des extensions en sous-sol reliant les autres bâtiments. Elle sera surélevée pour offrir un panorama unique à 360° sur la ville, dont l’évolution sera expliquée à l’aide de dispositifs numériques. La surface dédiée aux expositions doublera quasiment au terme de ce projet de 19,6 millions d’euros de travaux, imaginé par Atelier Novembre Architecture et financé principalement par la Ville d’Autun, la Région BFC, l’État et les collectivités locales. Sans doute le plus grand projet muséal de la région à l’heure actuelle.

Le volet chalonnais au musée Vivant Denon 

Au musée Vivant Denon, le volet chalonnais de l’exposition « Miroir du prince » ouvre une seconde fenêtre sur la richesse des œuvres du XVe siècle de notre région. Tout comme à Autun, les grands commanditaires de la cour des ducs de Bourgogne y tiennent une place importante. Bénéficiant de prêts français et étrangers prestigieux et inédits, l’exposition chalonnaise présente sur 230 m² sculptures, peintures, vitraux, tapisseries, manuscrits, dessins, objets précieux… Plus de 90 œuvres et d’objets au total, qui témoignent de l’importance de la commande artistique des hauts fonctionnaires bourguignons sur la période 1425-1510. À côté de la figure tutélaire de Nicolas Rolin,on y découvrira d’autres dignitaires de l’époque (Jean Rolin, Jean Germain, Charles de Neufchâtel et la famille Poupet), le rôle qu’ils ont tenu à la cour, et une sélection des œuvres qu’ils ont commandées. 

L’exposition apporte un soin particulier à la mise en valeur des œuvres par l’intermédiaire d’une scénographie contemporaine, proposant des rapprochements entre elles, les replaçant dans leur contexte historique, politique ou stylistique par des textes et cartels développés. Pour les enfants, un numéro spécial de la revue Le Petit Léonard consacré au « Miroir du Prince » sera proposé en boutique.

Une table numérique tactile dans le hall du musée donne accès à des témoignages du XVe siècle encore visibles sur le territoire de la Bourgogne-Franche-Comté : hôtels particuliers, châteaux, églises, sculptures, peintures murales, trésors de cathédrale, retables, tombeaux, tapisseries… L’occasion de prolonger la visite en explorant la région.    


Le miroir du Prince, jusqu’au 19 septembre 2021 (sauf les mardis et 15 août) au musée Rolin d’Autun et au musée Vivant Denon de Chalon

Source à l’adresse Dijon/Beaune, le mag