Hausse inattendue des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

« Entre le 11 et le 18 juillet, 419 000 nouvelles demandes d’allocations-chômage ont été enregistrées, selon les données publiées jeudi par le département du Travail. C’est 51 000 de plus que la semaine précédente, pour laquelle les données ont été révisées en hausse à 368 000. Les analystes s’attendaient eux à 360 000 nouvelles demandes seulement. Le nombre total de personnes touchant encore des prestations chômage sous une forme ou une autre a fortement baissé au cours de la première semaine de juillet : le pays comptait 12,6 millions de bénéficiaires, soit près de 1,3 million de moins qu’au cours de la semaine précédente, selon les plus récentes données disponibles, également publiées jeudi ».

A retenir, la croissance est tellement forte aux Etats-Unis que les créations d’emplois sont anémiques.

De façon générale le nombre de chômeurs baisse fortement parce qu’il y a tout simplement une suppression massive des allocations chômages exceptionnelles !

« Cette forte baisse s’explique notamment par la suppression, par la moitié des États du pays, des allocations-chômage exceptionnelles qui avaient été mises en place pour les dizaines de millions de personnes qui avaient perdu leur emploi à cause de la pandémie. Sont concernés 3,5 millions de chômeurs qui ont perdu ou perdront toute aide d’ici la fin du mois de juillet, selon les calculs des économistes d’Oxford Economics ».

Donc en gros, pour le moment, aux USA, il n’y a pas de reprise économique fulgurante… Sans même vous parler des pénuries.

Terrible.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Le Figaro.fr ici

Source à l’adresse Insolentiae