Ouganda : vive indignation après l’octroi d’une enveloppe de 25 millions d’euros aux députés

C’est l’indignation en Ouganda alors que l’Etat a décidé d’une prime pour ses députés afin qu’ils s’offrent des voitures. Le pays est touché non seulement par la crise sanitaire du coronavirus mais également par une extrême pauvreté.

Selon plusieurs sources d’information le 24 juillet, l’Ouganda vient de faire preuve de générosité vis-à-vis de ses députés en leur offrant une enveloppe de 25 millions d’euros. Les 529 élus ont donc chacun reçu un chèque de près de 48 000 euros.

«Il est inacceptable qu’un gouvernement achète des produits luxueux à un petit groupe au Parlement, qui continue de recevoir un salaire mensuel de plus de 30 millions de shillings [environ 7 000 euros], quand la majorité de la population n’a pas les moyens de se nourrir», a déclaré à l’AFP Annet Nana Namata, directrice de l’Union des défenseurs des droits humains en Ouganda.

L’AFP rappelle que le revenu moyen dans ce pays, confronté à un large problème de pauvreté, est compris entre 24 et 64 euros par mois. L’agence de presse a d’ailleurs noté qu’une vague d’indignation avait saisi les médias du pays et les réseaux sociaux, poussant le porte-parole du gouvernement, Ofwono Opondo, à réagir et à défendre la mesure. Selon lui, les députés ont «droit au transport» qui serait une «tradition de longue date», argumentant par ailleurs : «Il s’agit de faciliter leur engagement envers l’électorat. Dans tous les cas, les organisations de la société civile ont pris part au processus budgétaire et savaient depuis longtemps que les parlementaires recevraient de l’argent pour acheter des voitures.»

En 2018, cette offrande avait déjà suscité la polémique, provoquant des manifestations et l’envahissement du Parlement.

La situation de l’Ouganda sur le front du Covid-19 est préoccupante : avec 45 millions d’habitants, et seulement un peu plus d’un million de vaccinés, l’Etat africain a jusqu’ici officiellement recensé 91 710 cas de Covid-19, dont 2 496 décès, pour un total d’environ 1,5 million de tests effectués. Pour autant, comme le rappelle l’agence Reuters, l’Ouganda a des difficultés à acheter des vaccins pour endiguer la pandémie. Les vaccins arrivant sur le sol ougandais ne sont le fait que de dons. En outre, une deuxième vague serait en train de frapper le pays, submergeant les hôpitaux. Des pénuries d’oxygène, de lits et d’équipements de protection individuelle comme des masques sont aussi à noter, selon l’agence de presse britannique.

Source à l’adresse RT France