Une femme portant un t-shirt Charlie Hebdo poignardée dans un parc de Londres

Une Franco-Turque qui abordait un t-shirt à l’effigie du magazine satirique a été agressée dans la capitale britannique. La personne auteure de l’agression n’a pas été retrouvée, alors que la police n’a pas encore arrêté le motif de l’attaque.

Une femme franco-turque qui portait un t-shirt de Charlie Hebdo avec le slogan «L’amour plus fort que la haine» a été poignardée à plusieurs reprises le 25 juillet dans un parc de Londres par un individu qui a pris la fuite, rapportent le Daily Mail et le Mirror.

Hatun Tash, 39 ans, se trouvait au Speakers’ Corner («coin des orateurs») de Hyde Park, où les gens se rassemblent pour des discours et des débats publics, quand elle a été agressée par une personne vêtue de noir qui lui a porté plusieurs coups de couteau. Plusieurs vidéos de l’agression circulent sur les réseaux sociaux.

La victime a été soignée à l’intérieur d’un fourgon des forces de l’ordre avant d’être transportée à l’hôpital pour des blessures mineures, selon les médias britanniques. La police a déclaré qu’un couteau avait été retrouvé à proximité de la scène de l’agression.

Le mobile de l’agression n’est pas encore établi

Le commissaire divisionnaire de la police de Westminster Alex Bingley a déclaré qu’«il s’agissait clairement d’un incident très pénible pour la femme impliquée et les agents ont passé du temps avec elle, alors qu’elle était soignée pour sa blessure, pour obtenir un compte rendu de ce qui s’est passé».

«Nous en sommes aux premiers stades de notre enquête et travaillons dur pour retrouver la personne responsable. Je demanderais aux gens de ne pas spéculer sur le motif de l’attaque tant que nous n’avons pas établi tous les faits», a ajouté le membre des forces de l’ordre britanniques. Un appel à témoin a également été lancé pour tenter de retrouver l’auteur de l’attaque.

Le 7 janvier 2015 à Paris, les frères Kouachi avaient attaqué la rédaction de Charlie Hebdo, qui avait publié des caricatures de Mahomet, à l’arme de guerre, y assassinant 12 personnes, dont les dessinateurs Cabu et Wolinski, avant de prendre la fuite.

Source à l’adresse RT France