Port du masque recommandé aux Etats-Unis dans les zones à risque, même pour les personnes vaccinées

Les autorités sanitaires préconisent que le port du masque soit rendu obligatoire, même pour les personnes vaccinées, dans les zones où que la transmission du Covid-19 est «importante». Une mesure prise face à la propagation du variant Delta.

Le vaccin ne doit plus offrir la possibilité de sortir sans masque – y compris pour les personnes vaccinées – dans les zones jugées à haut risque de contamination. C’est ce qu’ont fait savoir les autorités sanitaires américaines dans un avis rendu le 27 juillet. Ce changement de directive intervient au moment où le variant Delta entraîne une forte hausse des cas dans le pays, notamment dans les régions moins bien vaccinées.

«Dans les zones où la transmission [du Covid-19] est importante, les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) recommandent aux personnes entièrement vaccinées de porter des masques dans les lieux publics en intérieur», a précisé leur directrice Rochelle Walensky.

Ces nouvelles découvertes sont inquiétantes et justifient malheureusement une mise à jour de notre recommandation

Si la responsable juge que la vaccination reste efficace face à la mutation du Covid-19 apparue en Inde – désormais appelée «variant Delta» – de nouvelles données démontrent selon elle qu’en «de rares occasions», des personnes vaccinées peuvent «être contagieuses» et ainsi «transmettre le virus à d’autres». «Ces nouvelles découvertes sont inquiétantes et justifient malheureusement une mise à jour de notre recommandation», a-t-elle poursuivie. Selon les chiffres des CDC, le nombre de contaminations est en forte hausse dans une grande partie du Sud des Etats-Unis, mais moins dans le Nord-Est, par ailleurs mieux vacciné.

90% des nouveaux cas de coronavirus dus au variant Delta

Les CDC défendaient encore la semaine du 19 juillet leur recommandation de mai, selon laquelle les personnes vaccinées n’avaient pas besoin de porter le masque en intérieur dans la plupart des circonstances, avec certaines exceptions notamment dans les transports publics et les hôpitaux. 

Le variant Delta, qui compte désormais pour environ 90% des nouveaux cas aux Etats-Unis, a semble-t-il changé la donne. Près de la moitié (49%) de la population américaine est vaccinée mais les différences sont grandes entre les régions.

La dernière moyenne quotidienne pondérée sur sept jours est supérieure à 56 000 cas, ce qui est proche des niveaux d’avril. Certains experts ont cependant suggéré de mettre en place des marqueurs statistiques pour lier les obligations de port du masque aux taux d’hospitalisation, une donnée métrique jugée plus fiable que le nombre de cas par habitants. Selon une étude publiée récemment dans la revue scientifique Virological, la charge virale dans les premiers tests des patients touchés par le variant Delta était 1 000 fois plus grande que celle des patients de la première vague du virus en 2020.

Non seulement le variant Delta se reproduit plus rapidement au sein de son hôte que les souches précédentes, mais les personnes infectées répandraient bien plus le virus dans l’air, selon cette étude. En juin, Israël a réinstitué certaines obligations de port du masque, seulement dix jours après les avoir levées, à la lumière de la propagation du variant Delta. Certaines collectivités locales américaines, comme le comté de Los Angeles, ont fait de même.

Source à l’adresse RT France