Etats-Unis : chez Google et Facebook, les employés devront être vaccinés pour accéder aux locaux

Alors que la rentrée marquera le retour au bureau pour beaucoup de salariés jusqu’alors en télétravail, les deux géants du numérique ont annoncé que, dans certains pays, l’accès à leurs locaux sera conditionné par la vaccination contre le Covid-19.

Le 28 juillet, les géants internet Google et Facebook ont annoncé qu’ils exigeraient de tous leurs employés amenés à se rendre dans leurs locaux qu’ils soient vaccinés, après une vague d’annonces similaires d’organismes publics aux Etats-Unis.

L’obligation sera mise en place chez Google «dans les prochaines semaines» aux Etats-Unis, avant d’être étendue à d’autres régions du monde «dans les prochains mois», a indiqué le directeur général, Sundar Pichai dans un communiqué, tout en précisant qu’elle ne s’appliquerait pas dans les pays où le vaccin n’est pas encore facilement accessible. «Se faire vacciner est l’une des plus importantes mesures pour maintenir la collectivité et nous-même en bonne santé dans les mois à venir», a insisté Sundar Pichai. 

Google fournira prochainement des précisions sur les exceptions à cette obligation «pour les gens qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons médicales ou des populations spécifiques». Sollicitée par l’AFP quant à ces possibles exceptions, la filiale d’Alphabet n’a pas donné suite immédiatement.

De la même façon, les responsables de Facebook demanderont que «toute personne» se rendant sur l’un de leurs campus aux Etats-Unis «soit vaccinée», a fait savoir la vice-présidente Lori Goler dans un message transmis à l’AFP.

Une mesure mise en œuvre dans les secteurs privé et public

En juin, le réseau social a indiqué à ses salariés que ceux qui souhaitaient poursuivre le télétravail à temps plein pouvaient en faire la demande, si leurs fonctions le permettaient. Pour les autres, il est prévu de faciliter le télétravail mais il est conseillé de travailler au moins la moitié du temps dans les locaux de l’entreprise. Facebook prévoit de rouvrir ses bureaux à 50% de jauge en septembre et de passer à pleine capacité en octobre.

Quant à Google, il a reporté la date de retour officielle dans ses bureaux au 18 octobre, après l’avoir fixée initialement au 1er septembre. A compter de cette date, environ 80% des employés devront travailler physiquement dans les locaux de l’entreprise au moins trois jours par semaine. Le groupe prévoit qu’environ 20% des salariés continueront à rester chez eux.

Selon l’agence fédérale américaine en charge du respect des lois contre la discrimination au travail (EEOC), les employeurs peuvent obliger leurs salariés à présenter une preuve de vaccination contre le Covid, avec des exceptions pour raisons médicales ou objection religieuse.

La grande banque américaine Morgan Stanley et le gestionnaire d’actifs BlackRock ont eux annoncé que seuls les employés vaccinés auraient accès à leurs locaux, ce qui revenait à exiger la vaccination car ces entreprises privilégient le retour au bureau.

Jusqu’ici, peu de grands groupes ont osé mettre en place une obligation, à quelques semaines de la rentrée de septembre qui marquera le retour au bureau pour de nombreux salariés.

En revanche, de plus en plus de collectivités locales et d’organisations culturelles imposent la vaccination, et plusieurs médias américains indiquent que le président américain Joe Biden pourrait annoncer l’obligation pour les employés fédéraux d’être vaccinés ou de se soumettre à un protocole strict de tests.

Source à l’adresse RT France