Le module russe Naouka réussit son amarrage à la Station spatiale internationale

Le module fraîchement arrivé remplace le compartiment d’amarrage russe Pirs qui, trois jours plus tôt, a quitté l’emplacement qu’il occupait sur l’ISS depuis une vingtaine d’années.

L’amarrage du module Naouka (Science en russe) à la Station spatiale internationale (ISS) a été couronné de succès ce 29 juillet, soit huit jours après son décollage, à bord d’une fusée Proton-M, depuis le cosmodrome russe de Baïkonour, au Kazakhstan.

L’amarrage devait se dérouler en mode automatique mais le cosmonaute Oleg Novitski, actuellement sur l’ISS, a pris le contrôle manuel du module pour le guider sur les tout derniers mètres.

«Selon les données télémétriques et les rapports de l’équipage de l’ISS, les systèmes embarqués de la station et du module Naouka fonctionnent normalement», a écrit l’agence spatiale russe Roscosmos dans un communiqué mis en ligne le jour même. Pour rappel, Naouka emportait avec lui le bras robotique européen ERA qui, de ses onze mètres de long, permettra d’effectuer certaines opérations autour de l’ISS sans sorties dans l’espace, en complément du bras robotique Canadarm2 déjà installé sur la station.

L’amarrage a, entre autres, été salué par le patron de la NASA. «Un grand bravo à Roscosmos», a-t-il écrit sur Twitter.

Le module fraîchement arrivé remplace ainsi le compartiment d’amarrage russe Pirs qui, trois jours plus tôt, a quitté l’emplacement qu’il occupait sur l’ISS depuis deux décennies. Plusieurs mois et une série de sorties extravéhiculaires seront encore nécessaires pour rendre Naouka pleinement opérationnel et intégré à l’ISS. C’est la première fois en onze ans qu’un nouveau module russe rejoint le laboratoire orbital.

Naouka est un module de laboratoire multifonctionnel destiné à la mise en œuvre du programme russe de recherche scientifique et d’expérimentations à bord de l’ISS. Il constitue un espace supplémentaire pour équiper les postes de travail, stocker les cargaisons et accueillir les équipements de régénération de l’eau et de l’oxygène. L’arrivée de Naouka sur la station intervient à la veille du lancement du vaisseau spatial Starliner de Boeing, qui devrait réaliser une tentative d’amarrage, à vide, sur l’ISS le 31 juillet. En cas de succès, Boeing et la Nasa prévoient un premier vol habité dès le mois de septembre avec un équipage de trois astronautes.

Source à l’adresse RT France