Pour la Fed la reprise de l’économie reste en bonne voie

Tout va tellement mieux que bien que pour le moment on ne change rien et on laisse les vannes grandes ouvertes pour les injections monétaires et autres rachats d’obligations. Pas simple donc la « bonne voie » de la reprise, qui reste un chemin difficile et surtout pleins d’incertitudes aussi bien sanitaires qu’économiques.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

La Fed déclare que la reprise de l’économie reste en bonne voie

La Réserve fédérale américaine (Fed) a laissé sa politique monétaire inchangée mercredi et s’est engagée à maintenir un soutien important pour garantir la reprise de l’économie, qui reste selon elle en bonne voie malgré la résurgence de la crise sanitaire du coronavirus.

«Grâce aux progrès réalisés en matière de vaccination et à un soutien politique fort, les indicateurs sur l’activité économique et l’emploi ont continué à se renforcer», a déclaré la banque centrale.

«L’économie a progressé» vers une amélioration du marché du travail que la Fed dit vouloir observer avant de réduire ses achats d’obligations, est-il ajouté dans le communiqué de politique monétaire publié à l’issue de deux jours de débats.
La hausse de l’inflation reste le résultat de facteurs passagers, a estimé la Fed, et ses responsables s’attendent à ce que les progrès réalisés en matière de vaccination continuent à atténuer l’effet de la pandémie sur l’économie.

L’objectif de taux des «fed funds», principal instrument de sa politique monétaire, reste fixé entre zéro et 0,25%.

La banque centrale précise qu’elle continuera d’acheter pour 120 milliards de dollars (101,5 milliards d’euros) par mois d’obligations et de prêts immobiliers titrisés (MBS) sur les marchés jusqu’à ce qu’elle ait observé «des progrès supplémentaires substantiels» vers la réalisation de ses objectifs de plein emploi et de stabilité des prix.

La Fed avait annoncé à l’issue de sa réunion des 15 et 16 juin qu’elle avait amorcé le débat sur la réduction à venir de ses achats d’obligations sur les marchés.

Sur les marchés, le communiqué a eu pour effet une hausse du dollar face à un panier de devises de référence et le rendement des Treasuries à 10 ans a très légèrement augmenté ses gains.

Parallèlement à Wall Street, l’indice Standard & Poor’s 500 est passé en territoire positif, le Nasdaq augmentait ses gains et le Dow Jones réduisait ses pertes.

Source Agence de presse russe Sputnik.com ici

Source à l’adresse Insolentiae