Pass sanitaire. 80 % de moins dans les fêtes foraines.

J’entends souvent comme argument que les « pauvres » entreprises ne sont pour rien dans les décisions du gouvernement d’instaurer le pass sanitaire.

Cet argument est totalement faux.

Ils sont responsables.

Ils sont responsables au mieux de laisser l’Etat décider pour eux, et il n’appartient qu’à leurs organisations syndicales de se faire entendre haut et fort s,’ils sont menacés dans leurs affaires.

Au pire, ils sont responsable de demander le pass sanitaire et c’est le cas d’un certains nombres de fédérations que je ne citerais pas, mais beaucoup de syndicats professionnels ont demandé le pass sanitaire pour « pouvoir travailler ». Et bien ils découvrent avec horreur, que le pass les empêchent de travailler. C’est très bien, il faut laisser à chacun la liberté d’expérimenter.

Lorsque souffle les vents de l’histoire, on ne peut pas se cacher derrière un « c’était les ordres », ou encore, « j’avais pas le choix », ou les sempiternels « c’est pas ma faute ».

L’histoire enseigne que l’on ne gagne jamais rien à être lâche.

On gagne un peu de temps, on gagne un peu de confort, mais au bout du compte, on finit par tout perdre.

Vous remarquerez l’argument du forain à la fin. « Les centres commerciaux fermés n’ont pas de pass, nous nous sommes à l’air libre, et nous avons le pass »… et oui, tout cela est tellement crétin, qu’il est évident qu’il n’y a rien de sanitaire là-dedans.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source à l’adresse Insolentiae