Covid-19 : vers une extension de l’obligation vaccinale au sein de l’armée française

Jusqu’alors appliquée uniquement aux militaires français déployés en opération extérieure, la vaccination obligatoire contre le Covid-19 devrait être étendue à toute l’armée. Un texte allant dans ce sens aurait déjà été validé par le gouvernement.

Selon une récente instruction émanant de la direction de santé des armées, révélée le 6 août par le journalLe Monde, la vaccination contre le Covid-19 devrait être «obligatoire pour tout militaire […] servant, à compter du 15 septembre 2021, sur le territoire métropolitain au titre d’un engagement opérationnel décidé par l’état-major des armées ou la direction de la gendarmerie nationale».

Cette vaccination a pour objectifs de préserver la santé des personnels et de maintenir la capacité opérationnelle des forces armées

Comme le rapporte Le Monde, le texte en question aurait d’ores et déjà été validé par le gouvernement, mais sa publication dans le Bulletin officiel des armées serait pour l’heure suspendue en raison de «questions de cybersécurité». «Cette vaccination a pour objectifs de préserver la santé des personnels et de maintenir la capacité opérationnelle des forces armées», précise l’instruction citée par le quotidien français.

Le chef d’état-major des armées ainsi que la direction générale de la gendarmerie nationale devraient sous peu définir la liste complète des «engagements opérationnels» pour lesquels les militaires seraient soumis à l’obligation vaccinale. Pour rappel, la ministre des Armées Florence Parly avait déjà annoncé début mai que cette obligation s’appliquerait aux soldats français déployés en opération extérieure.

L’obligation vaccinale pourrait donc dorénavant s’appliquer à l’ensemble des effectifs en activité sur le territoire français : «Opération de maintien de l’ordre ou simple patrouille au sein d’une compagnie», précise Le Monde.

Et le quotidien de citer le ministère des Armées, selon lequel «les militaires engagés en France dans le cadre des opérations “Sentinelle” (7 000 soldats mobilisés dans la lutte antiterroriste) et “Résilience” (moyens techniques et personnels soignants déployés dans le cadre de la crise sanitaire) vont être à leur tour concernés et devront avoir, avant le 15 septembre, complété leur parcours vaccinal avant d’être engagés sur le terrain».

Source à l’adresse RT France