Roquettes contre bombardements : reprise des hostilités entre Israël et le Hezbollah

Peu après le lancement de plus de 10 projectiles par le mouvement chiite en direction de l’Etat hébreu en réaction à des frappes aériennes israéliennes sur le sud du Liban, Tsahal a répliqué en menant de nouvelles frappes sur le territoire libanais.

Ce 6 août, le mouvement libanais Hezbollah a déclaré avoir tiré plus de 10 roquettes sur des zones situées dans la région contestée du plateau du Golan – occupé par Israël depuis 1967 – à la suite de frappes aériennes israéliennes sur le sud du Liban. L’armée de l’Etat hébreu a indiqué peu après mener des frappes sur le Liban en riposte à ces tirs de roquettes venant du pays voisin.

«En réponse aux raids aériens israéliens [menés le 5 août], la Résistance islamique a bombardé avec des dizaines de roquettes un territoire près des positions des forces d’occupation israéliennes dans la région des fermes de Chebaa», a déclaré le Hezbollah dans un communiqué.

Un correspondant de l’AFP dans le sud du Liban a déclaré avoir entendu plusieurs explosions et vu de la fumée s’élever de la zone contestée des fermes de Chebaa, l’appellation libanaise de Har Dov – ou mont Dov – un versant du mont Hermon revendiqué par le Liban mais qui, selon l’ONU, fait partie du Golan syrien occupé par Israël.

Des frappes de représailles israéliennes 

Peu de temps après la revendication faite par le Hezbollah, Tsahal a déclaré avoir mené des frappes de représailles contre le Liban pour la deuxième journée consécutive. «L’armée israélienne est en train de frapper les sources de lancement [des roquettes] au Liban», a indiqué un communiqué de l’armée, peu après le lancement de plus de 10 projectiles en direction de l’Etat hébreu.

«La plupart des roquettes ont été interceptées par le système de défense aérienne», a rapporté l’armée israélienne dans un communiqué, précisant que les autres projectiles étaient tombés dans des zones non-habitées «près de Har Dov». 

Le veille, l’aviation israélienne avait revendiqué ses premiers raids aériens au Liban depuis 7 ans, affirmant avoir visé des sites de lancement de roquettes après des tirs effectués depuis le sud de ce pays voisin vers le nord d’Israël. 

Tsahal bombarde régulièrement des positions présumées du Hamas palestinien dans la bande de Gaza et mène aussi des frappes en Syrie voisine, où elle cible des positions de forces pro-iraniennes, mais ses dernières frappes aériennes au Liban remonteraient à 2014.

Les forces de l’ONU sur place mettent en garde contre une escalade «très dangereuse»

En 2006, la dernière grande confrontation entre Israël et le Hezbollah avait fait plus de 1 200 morts côté libanais – en majorité des civils – et 160 côté israélien – en majorité des militaires.

Après différents conflits, Israël et le Liban demeurent techniquement en état de guerre et la Force intérimaire des Nations unies (Finul) est déployée dans le Sud-Liban pour faire tampon entre les deux pays. 

Le 5 août, le commandant de la mission onusienne, le général Stefano Del Col, a tenu une réunion tripartite avec des responsables militaires des deux pays dans des locaux de la Finul à Naqoura, dans le sud du Liban. «Dans cette période d’instabilité régionale, le rôle de coordination et de liaison de la Finul doit plus que jamais être respecté par toutes les parties», a-t-il déclaré selon un communiqué.

Ce 6 août, la Finul s’est exprimée sur la situation en ces termes : «C’est une situation très dangereuse, avec des actes d’escalade observés des deux côtés au cours des deux derniers jours». Le général Del Col a affirmé être en contact avec les parties concernées, les appelant à «cesser immédiatement le feu».

Depuis la guerre de 2006, l’aviation israélienne n’avait pas ciblé des bastions du Hezbollah dans le sud du Liban. La dernière montée de tension entre les deux camps remonte à 2019, lorsque le Hezbollah a pris pour cible un véhicule militaire israélien en représailles à deux attaques le visant en Syrie et au Liban. A l’époque, le parti chiite avait promis de répliquer à la mort de deux de ses membres lors d’un raid israélien près de Damas, accusant aussi Israël d’avoir lancé une attaque au drone dans la banlieue sud de Beyrouth, son principal bastion dans la capitale libanaise.

Source à l’adresse RT France