La mobilisation nationale contre le pass sanitaire franchit un nouveau cap

Nouveau record pour les opposants au pass sanitaire, qui ont rassemblé près 237 000 manifestants en France dont 17 000 à Paris, selon le ministère de l’Intérieur, afin d’exprimer leur hostilité aux mesures gouvernementales anti-Covid.

237 000 manifestants dont 17 000 à Paris, selon les chiffres annoncés par le gouvernement. C’est un nouveau record pour les opposants au pass sanitaire et à l’obligation vaccinale pour les soignants. Après une mobilisation nationale d’ampleur le 31 juillet, ceux-ci ont remis le couvert ce 7 août, au surlendemain du verdict rendu par le Conseil constitutionnel sur le projet de loi promu par le gouvernement afin d’accélérer la campagne de vaccination en France. 

Après avoir rassemblé 114 000 manifestants le 17 juillet, 161 000 le 24 et 204 090 le 31 (toujours selon les chiffres du gouvernement), la mobilisation nationale contre le pass sanitaire a donc franchi un nouveau cap en faisant descendre dans la rue plus du double de manifestants que quatre semaines plus tôt.

«Macron, ton pass on n’en veut pas !»

Comme les trois samedis précédents, des points de ralliement ont été observés dans presque 200 villes, où ont de nouveau résonné des slogans tels que «Liberté !», «Macron, ton pass on n’en veut pas !» ou encore «Ne touchez pas à nos enfants !». Des prises de paroles en public aux pancartes vindicatives, sans oublier l’hymne national entonné spontanément à plusieurs reprises dans certains défilés, cette nouvelle journée de mobilisation nationale s’est globalement déroulée dans de bonnes conditions, à l’exception d’éphémères tensions dans la capitale et de quelques échauffourées constatées dans d’autres villes comme Lyon ou encore Toulouse.

En ce quatrième samedi de mobilisation nationale, des journalistes de RT France ont de nouveau été à la rencontre des manifestants afin de recueillir leurs revendications.

Notre reporter Lucas Léger a ainsi couvert une des quatre manifestations organisées dans la capitale, qui s’est élancée à la mi-journée depuis le pont de Neuilly, pour finir son défilé sur la place de l’Hôtel de Ville, dans le IVe arrondissement de Paris.

«[Le pass sanitaire] n’est pas quelque chose de scientifique, c’est quelque chose de politique. Les Français ont compris que ce qui se cache derrière, c’est une évolution de la société vers un contrôle social de plus en plus important», a déclaré en début de parcours, au micro de RT France, le président fondateur de l’UPR François Asselineau.

Notre reporter David Khalifa a de son côté suivi le cortège qui, à l’appel de Florian Philippot, a défilé dans le VIIe arrondissement de la capitale, depuis l’Ecole Militaire jusqu’à la place Vauban.

Y était présent le député de l’Essonne Nicolas Dupont-Aignan, qui a notamment encouragé les Français à «soutenir ceux qui résistent». Moins d’un an avant l’élection présidentielle, le fondateur de Debout la France a en outre appelé la population à voter massivement pour «chasser l’oligarque [Emmanuel Macron] qui est en train de tuer l’esprit de la France».

Source à l’adresse RT France