Le Panama et la Colombie s’accordent pour faciliter le passage des migrants vers les Etats-Unis

Les deux pays d’Amérique latine ont pris cette décision afin de trouver une solution à la crise liée à l’afflux de clandestins prêts à traverser la jungle panaméenne pour rejoindre les Etats-Unis. Des quotas de migrants en transit seront établis.

Le 6 août, le Panama et la Colombie ont annoncé qu’ils faciliteraient le transit à travers leurs territoires des migrants qui tentent de rejoindre les Etats-Unis, afin de résoudre la crise liée à l’afflux de clandestins prêts à traverser l’inhospitalière jungle panaméenne.

L’accord, grâce auquel des quotas de migrants en transit seront établis dès la semaine du 9 août, a été conclu après une rencontre entre la ministre colombienne des Affaires étrangères, Marta Lucia Ramirez, et son homologue panaméenne, Erika Mouynes. 

Une autre délégation panaméenne se rendra en Colombie «pour déterminer ce quota de migrants» qui pourront «être reçus de manière sûre et ordonnée» au Panama, a déclaré Erika Mouynes. 

Les deux pays travaillent notamment à des solutions de transport pour leur éviter d’avoir à traverser la jungle du Darien. «Nous ne voulons pas que ces migrants courent le risque de se noyer ou de passer par le Darien, où nous savons qu’ils courent de nombreux risques», a déclaré Marta Lucia Ramirez. 

Un flux migratoire ravivé par la réouverture des frontières américaines

La Colombie et le Panama cherchent à fédérer autour de cette initiative de quota d’autres pays, dont les Etats-Unis. «C’est un processus qui implique de nombreux pays», a souligné Erika Mouynes.

Depuis plusieurs semaines, des milliers de migrants, «dont des mineurs et des femmes enceintes», selon l’AFP, venant souvent d’Haïti, attendent dans le port colombien de Necocli des bateaux censés les emmener à la frontière avec le Panama, pour traverser la jungle du Darien. 

Ce couloir de jungle entre la Colombie et le Panama est devenu une étape obligatoire pour les clandestins qui, depuis l’Amérique du Sud, tentent d’atteindre le Mexique, les Etats-Unis et le Canada.

Ce flux migratoire s’était tari en 2020 en raison de la fermeture des frontières découlant de la crise sanitaire. Cependant, depuis leur réouverture, les deux pays hispanophones voient défiler un flot incessant de candidats à l’exode après les nombreux confinements et la grave crise économique qui a plongé beaucoup de personnes dans la pauvreté.

Source à l’adresse RT France