Une infirmière allemande remplaçait volontairement le vaccin anti-Covid par une solution saline

Cette infirmière injectait une solution saline inoffensive au lieu d’un véritable vaccin contre le Covid-19. Les autorités locales ont appelé les milliers de personnes potentiellement concernées à retourner se faire vacciner.

Le 10 août, les autorités de l’arrondissement de Frise, dans le nord de l’Allemagne, ont lancé un appel à près de 8 600 personnes pour qu’elles reçoivent une nouvelle injection de vaccin anti-Covid après qu’une enquête de police a révélé qu’une infirmière de la Croix-Rouge avait remplacé le vaccin par une solution saline entre mars et avril derniers.

Si la solution saline est inoffensive, la plupart des personnes ayant été vaccinées dans la petite ville de Schortens entre le 5 mars et le 20 avril 2021 – dates entre lesquelles l’infirmière a substitué les vaccins selon les autorités – sont âgées et constituent donc une population à risque face au Covid-19, comme le précise le journal britannique The Guardian. Un enquêteur de la police, Peter Beer, a déclaré dans une conférence de presse que, sur la base des déclarations des témoins, il existait «une suspicion raisonnable de danger».

Les motifs de cette infirmière de 40 ans n’ont pas été clairement définis, mais elle aurait exprimé son scepticisme à l’égard des vaccins dans des messages publiés sur les réseaux sociaux, selon les enquêteurs de la police cités par le quotidien londonien. Les autorités considèrent par conséquent qu’il s’agit d’un acte motivé politiquement, comme le précise le média public NDR. Les avocats de l’infirmière réfutent cette accusation ainsi que l’étendue des actes suspectés, affirmant qu’il s’agissait d’un «incident ponctuel» dû à un flacon de vaccin cassé accidentellement. On ne sait pour l’heure si la suspecte a été arrêtée ou inculpée dans cette affaire.

«Aujourd’hui, j’ai eu la triste tâche d’informer environ 8 600 personnes potentiellement concernées qu’il n’est pas exclu [qu’il y ait] des personnes qui ont reçu une solution saline à la place de leur vaccin», a déclaré sur Facebook Sven Ambrosy, un conseiller local qui s’est également dit «totalement choqué par cet incident».

En France, 140 personnes avaient également reçu le 20 avril dernier une dose de sérum physiologique à la place d’une l’injection du vaccin Pfizer/BioNTech normalement prévue. Le centre de vaccination avait rapidement découvert son erreur et recontacté dès le lendemain les patients concernés pour les inviter à reprendre rendez-vous. Les autorités sanitaires n’avaient pas expliqué comment une telle confusion avait été possible.

Source à l’adresse RT France