Afghanistan : les Taliban prennent la ville de Jalalabad et menacent désormais Kaboul

Les forces talibanes ont pris la ville de Jalalabad et menacent désormais de s’emparer de Kaboul. La capitale afghane est le dernier rempart face à leur prise de contrôle totale du pays.

Les Taliban ont pris la ville de Jalalabad dans la matinée du 15 août, a appris l’AFP auprès de résidents, ce qui ne laisse plus que Kaboul, la capitale, comme grande ville encore contrôlée par le gouvernement.

«Nous nous sommes réveillés ce matin avec les drapeaux blancs des Taliban partout en ville. Ils sont dans la ville. Ils sont entrés sans combattre», a déclaré à l’AFP Ahmad Wali, un habitant de Jalalabad. 

Les Taliban ont aussi revendiqué la prise de la ville. «Il y a quelques instants, les moudjahidines sont entrés dans Jalalabad, la capitale de la province du Nangarhar. Toutes les zones sont maintenant sous leur contrôle», a déclaré Zabihullah Mujahid, l’un de leurs porte-paroles.

Kaboul, dernière grande ville aux mains du gouvernement

Outre Kaboul, une poignée de villes mineures sont encore sous le contrôle du gouvernement. Mais elles sont dispersées et isolées de la capitale, et n’ont plus une grande valeur stratégique.

En à peine dix jours, les Taliban ont pris le contrôle de la très grande majeure du pays et sont arrivés aux portes de Kaboul, qu’ils ont maintenant complètement encerclée.

Le 14 août au soir, les Taliban avaient pris Mazar-i-Sharif, la quatrième plus grande ville afghane et le principal centre urbain du nord du pays.

Les Taliban ont lancé leur offensive en mai à la faveur du début du retrait final des troupes américaines et étrangères, qui doit être achevé d’ici le 31 août.

Ils se sont d’abord emparés de vastes territoires ruraux sans rencontrer une grande résistance. Puis leur avancée s’est accélérée de manière spectaculaire ces derniers jours, nombre de villes tombant entre leurs mains presque tout aussi facilement.

Face à cette offensive, Joe Biden a décidé le 14 août de porter à quelque 5 000 soldats le déploiement militaire à Kaboul pour sécuriser l’évacuation de civils, tout en défendant sa décision de mettre fin à 20 ans de guerre en Afghanistan.

Le président américain a annoncé dans un communiqué qu’après avoir consulté ses conseillers en matière de sécurité nationale, il avait décidé qu’«environ 5 000 soldats» seraient déployés à l’aéroport de Kaboul pour évacuer le personnel diplomatique, ainsi que les Afghans ayant travaillé pour les Etats-Unis et craignant des représailles des Taliban.

Joe Biden a prévenu les Taliban que toute action qui «mettrait en danger des ressortissants américains ou notre mission recevrait une réponse militaire rapide et forte».

«Une année ou cinq années de plus de présence militaire américaine n’aurait fait aucune différence, quand l’armée afghane ne peut ou ne veut pas défendre son propre pays», a-t-il ajouté, précisant : «Je suis le quatrième président à mener une présence militaire américaine en Afghanistan – deux Républicains, deux démocrates […] Je ne lèguerai pas cette guerre à un cinquième.»

Source à l’adresse RT France