Offensive des Taliban, négociations sur une transition : que se passe-t-il en Afghanistan ?

Des négociations sont actuellement en cours entre l’Etat central afghan et les Taliban qui se trouvent aux portes de Kaboul. Le ministre de l’Intérieur a promis un «transfert pacifique du pouvoir à un gouvernement de transition».

Mise à jour automatique

  • Dans un message vidéo envoyé à la presse, le président afghan, Ashraf Ghani, a déclaré : «J’ai ordonné aux forces de sécurité […] de garantir la sécurité de tous nos concitoyens. C’est notre responsabilité et nous le ferons de la meilleure manière possible. Quiconque pense à créer le chaos ou à piller sera traité avec force.»

  • Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, va convoquer dans la semaine, et en urgence, le Parlement afin de faire le point sur la situation en Afghanistan.

  • Selon l’agence de presse afghane Pajhwok, des centaines de prisonniers se sont évadés d’une prison de la ville de Tcharikar.

  • Selon la chaine de télévision saoudienne Al-Arabiya, l’ancien ministre de l’Intérieur afghan (2003-2005), Ali Ahmad Jalali, serait pressenti pour prendre la tête du gouvernement de transition.

  • Selon CNN, qui cite des sources anonymes, les Etats-Unis auraient l’intention d’évacuer le personnel de leur ambassade d’ici le 17 août au plus tard.

  • Zamir Kaboulov, émissaire du Kremlin pour l’Afghanistan, a déclaré sur les antennes de Rossiya 1 et repris par l’agence TASS : «Nous devons abandonner l’égoïsme égoïste et entamer des négociations sérieuses sur le futur Etat de transition de la coalition en Afghanistan.»

    «[Le gouvernement actuel], qui a été soutenu par les Occidentaux pendant 20 ans, leur armée a été formée par les Américains et l’OTAN. Nous voyons la qualité de cette formation», a-t-il ajouté.

  • Les Taliban ont annoncé avoir pris possession de la ville de Khost. « La ville de Khost, chef-lieu de la province de Khost, est passée sous notre contrôle […] Le gouverneur, le chef de la police, le service de renseignement […] et d’autres organes gouvernementaux de la province ont été complètement saisis», a fait savoir un porte-parole des Taliban sur Twitter.

Découvrir plus

Tout semble s’être accéléré ce week-end du 15 août en Afghanistan. Après leur offensive sur une très large partie du pays, les Taliban se trouvent désormais aux portes de Kaboul et négocient une transition du pouvoir en leur faveur avec l’Etat central.

Un porte-parole des Taliban a affirmé le 15 août sur Twitter : «L’Émirat islamique ordonne à toutes ses forces d’attendre aux portes de Kaboul, de ne pas essayer d’entrer dans la ville.» De son côté, le ministère de l’Intérieur afghan a déclaré que certains combattants étaient déjà présents dans la capitale. Le ministre a également promis un «transfert pacifique du pouvoir à un gouvernement de transition».

D’après l’agence AP, qui cite un «responsable» afghan souhaitant conserver l’anonymat, des négociations sont actuellement en cours entre des responsables des Taliban et l’Etat central concernant une transition du pouvoir. Elles se déroulent au palais présidentiel. Un responsable des Taliban cité par Reuters a demandé une transition «aussi rapide que possible».

Une offensive éclair

En à peine une dizaine de jours, les Taliban ont réussi à prendre le contrôle de toutes les grandes villes du pays, hormis Kaboul. Dans la matinée du 15 août, ils ont pris possession de la ville de Jalalabad ainsi que de la base aérienne de Bagram, rendue par les Etats-Unis à l’Afghanistan en juillet. Elle abrite 5 000 détenus.

La veille, ils avaient pris possession de Mazar-i-Sharif, la quatrième plus grande ville du pays.

Cette offensive a démarré à la faveur du début du retrait final des troupes américaines, qui doit être achevé le 31 août, et a débuté par d’immenses territoires ruraux dans lesquels les Taliban n’ont rencontré que très peu de résistance.

Cependant, leur offensive s’est accélérée ces derniers jours avec la prise de Zaranj le 6 août, de Kunduz le 8 août, de Ghazni et Hérat le 12 août et de Kandahar, deuxième ville du pays, le lendemain.

Le ministre de l’Intérieur pakistanais a pour sa part annoncé que les Taliban avaient pris le contrôle du poste frontalier de Torkham. Ils disposent désormais d’un contrôle total sur l’ensemble des frontières afghanes.

Les évacuations des étrangers se poursuivent, la Russie demande une réunion du Conseil de sécurité

Par ailleurs, le 15 août, les Taliban ont réussi à encercler l’aéroport de Kaboul, où les évacuations de personnels étrangers se poursuivent.

Face à cette offensive, la Russie a annoncé le même jour œuvrer à la tenue d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU. «Nous y travaillons», a fait savoir Zamir Kaboulov, émissaire du Kremlin pour l’Afghanistan, cité par plusieurs agences de presse russes.

«La situation nécessite une intervention immédiate du Conseil de sécurité de l’ONU. Il est important d’éviter une nouvelle catastrophe humanitaire et une menace accrue pour la sécurité et la stabilité dans la région», a pour sa part estimé Léonid Sloutski, président de la commission des affaires étrangères au Parlement russe.

«Nous ne pouvons pas permettre la création d’un nouveau foyer de terrorisme à proximité immédiate des frontières russes et de nos partenaires», a-t-il ajouté.

Toutefois, Zamir Kaboulov a déclaré à l’agence Interfax qu’aucune évacuation du personnel diplomatique russe n’était prévue.

De son côté, Joe Biden avait annoncé la veille le déploiement de 5 000 soldats à Kaboul afin de sécuriser l’évacuation des civils, tout en maintenant sa décision de mettre fin à 20 ans de présence américaine en Afghanistan. 

Source à l’adresse RT France