Les maires écologistes proclament leur désir d’accueillir des réfugiés afghans

Après l’allocution présidentielle sur l’Afghanistan, la gauche a fustigé les propos du chef de l’Etat. De nombreux maires écologistes ont même décidé d’accueillir des réfugiés afghans dans leur ville en réponse à la crise humanitaire.

La déclaration télévisée d’Emmanuel Macron le 16 août à propos de la situation en Afghanistan a suscité de virulentes critiques par une grande partie de la gauche ainsi que chez certaines personnalités étrangères. Celles-ci ont condamné les propos du président de la République qui a annoncé vouloir «protéger contre des flux migratoires irréguliers importants» qui «nourrissent les trafics de toute nature».

Des maires d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) ont ajouté à la critique du discours présidentiel, l’expression du désir d’accueillir dans leurs villes des réfugiés afghans qui fuient  l’avancée des Taliban jusqu’à Kaboul. Ainsi, dès le lendemain de l’intervention du chef de l’Etat ce 17 août, le maire de Lyon (Rhône), Grégory Doucet, a déclaré sur Twitter son souhait d’agir envers les réfugiés afghans au nom de la capitale des Gaules : «Lyon répondra au devoir d’humanité de la France et est prête à accueillir les Afghanes et Afghans qui cherchent refuge en France et arriveront ces prochains jours sur notre sol.»

Selon le magazine Lyon Mag, les services de la ville n’avaient toutefois pas encore d’informations liées aux modalités de cette aide souhaitée par l’édile. 

Eric Piolle, maire EELV de Grenoble (Isère) tance également avec virulence Emmanuel Macron en affirmant qu’il fait «honte à la France» tout en ajoutant : «A Grenoble, nous nous organisons pour accueillir les réfugiés.»

Anne Vignot, maire EELV de Besançon (Doubs) a souhaité participer aussi à cet élan de générosité et l’a annoncé également sur Twitter en ces termes : «Je réponds au devoir d’humanité de la France et annonce que ma ville de Besançon est prête à accueillir les Afghanes et Afghans qui cherchent refuge en France.»

La maire écologiste de Poitiers (Vienne), Léonore Moncond’huy, s’est également mise au diapason des autres édiles de son parti et a affirmé sur Twitter : «Au gouvernement, aux Afghanes et Afghans qui appellent à l’aide, je réaffirme l’engagement de Poitiers de prendre toute sa part.»

Comme le rappelle l’AFP, depuis 2018, la France reçoit quelque 10 000 demandes d’asile d’Afghans pour un total d’environ 50 000 pour l’ensemble des pays de l’Union européenne. L’Ofpra (l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides), qui a traité 8 200 dossiers depuis le début de l’année, a accordé la demande de protection dans 64% des cas, un chiffre qui a atteint 89,9% après examen des recours, contre une moyenne de 63% sur l’ensemble de l’UE, selon les chiffres donnés par la présidence française.

Source à l’adresse RT France