Après le Salvador, Cuba va légaliser les cryptomonnaies

Cuba va légaliser et encadrer les paiements en cryptomonnaies sur et à partir de l’île. Un moyen de contourner l’embargo financier imposé par Washington.

Le gouvernement cubain a déclaré le 26 août qu’il reconnaîtrait et réglementerait les cryptomonnaies pour les paiements sur l’île. Il est précisé dans une résolution publiée au Journal officiel que la Banque centrale cubaine (BCC) établira des règles pour ces monnaies, et déterminera les conditions pour l’octroi de licences aux fournisseurs de services associés à Cuba.

Cette résolution, qui entrera en vigueur le 15 septembre, réglemente «l’utilisation de certains actifs virtuels dans les transactions commerciales, ainsi que l’octroi de licences aux fournisseurs» de ces services dans «des opérations liées aux activités financières, d’échange et de recouvrement ou de paiement» sur le territoire cubain ou à partir de celui-ci.

Elle précise que la BCC pourra autoriser l’utilisation des cryptomonnaies «pour des raisons d’intérêt socio-économique». Le gouvernement et la Banque centrale ont annoncé dès juillet 2019 leur intention d’explorer un usage encadré par la loi des cryptomonnaies. Ces dernières circulent déjà dans l’île et leur usage y est particulièrement répandu avec les dernières sanctions américaines qui privent les Cubains d’accès aux moyens de paiement internationaux, comme les cartes de paiement.

Mais leur importance ne doit pas être exagérée : selon des estimations non officielles, quelque 10 000 Cubains seulement utilisent des bitcoins – l’une des cryptomonnaies les plus répandues dans le pays – sur une population de 11 millions d’habitants.

Mais avec les restrictions de voyage dues à la pandémie et le renforcement des sanctions économiques par Washington, les transferts de fonds individuels vers Cuba deviennent de plus en plus difficiles, et de nombreux Cubains se tournent vers les cryptomonnaies pour envoyer de l’argent à leurs proches sur l’île.

Le Salvador, petit pays d’Amérique centrale, a récemment annoncé qu’il reconnaîtrait légalement l’utilisation du Bitcoin comme un moyen d’encourager les envois de fonds de ses citoyens vivant à l’étranger.

Source à l’adresse RT France