Rupture : l’Algérie annonce qu’elle acheminera son gaz à l’Espagne sans passer par le Maroc

Désormais, les approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel algérien sera assuré à travers le gazoduc Medgaz, annonce l’Algérie deux jours après avoir rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc. Un coup dur pour Rabat ?

Deux jours après avoir rompu les relations diplomatiques avec le Maroc, l’Algérie a annoncé, le 26 août, qu’elle allait se passer du gazoduc Maghreb-Europe qui permettait jusque là d’acheminer le gaz algérien vers l’Espagne en passant par le territoire marocain.

Cette infrastructure gazière est d’une importance capitale pour l’économie marocaine qui en tire de forts bénéfices depuis 1996. Avec une capacité de 13 milliards de mètres cubes, le gazoduc Maghreb-Europe alimente la production d’électricité marocaine, comme le rappelle RFI. «Pour le Maroc, le gaz algérien est essentiel. Il permet au royaume d’alimenter ses centrales et de produire 17% de son électricité. Il permet aussi aux autorités de remplir les caisses en touchant des taxes liées au transit vers l’Espagne», note Radio France international. 

Se voir priver de cette rente est donc un coup de massue pour le royaume qui s’est récemment rapproché d’Israël et qui est accusé par Alger de multiplier les «actions hostiles», avec la complicité de l’Etat hébreu. 

L’annonce algérienne a été faite à travers un communiqué du ministère de l’Energie et des Mines après une rencontre entre le ministre Mohamed Arkab et l’ambassadeur d’Espagne Fernando Moran, le 26 août. A cette occasion le ministre algérien a affirmé «l’engagement total de l’Algérie à couvrir l’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel à travers le Medgaz» qui relie directement les deux pays à travers la mer Méditerranée, selon un communiqué du ministère rapporté par Algérie presse service (APS).

Comme le note l’agence Anadolu, le gazoduc «Medgaz» relie directement la ville côtière de Beni Saf dans l’ouest algérien à Almeria dans le sud de l’Espagne via la mer. Il a été inauguré en 2011, avec une capacité de transport de 8 milliards de mètres cubes par an. Mettant en exergue le récent projet d’extension de la capacité de ce gazoduc, Mohamed Arkab a rappelé à l’ambassadeur d’Espagne «les efforts déployés par l’Algérie pour garantir la sécurité des approvisionnements en gaz naturel du marché espagnol à travers les importants investissements consentis pour acheminer dans les meilleures conditions le gaz naturel sur ce marché». Le ministre a également mis l’accent sur les capacités dont dispose l’Algérie pour répondre à la demande en gaz «de plus en plus croissante» des marchés européens et plus particulièrement du marché espagnol et ce «grâce à la flexibilité en terme de capacités de liquéfaction dont le pays dispose».

Après la rupture des relations diplomatiques, l’ambassade du Maroc en Algérie a fermé ses portes le 27 août. Traditionnellement difficiles, les relations entre le Maroc et l’Algérie se sont davantage tendues l’année dernière quand l’ancien président américain Donald Trump a décidé de reconnaître la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental, en contrepartie d’une normalisation des relations du Maroc avec Israël.

Source à l’adresse RT France