Efficacité du vaccin, relation avec Macron : Raoult en direct chez Hanouna avant son départ de l’IHU

Sur le plateau de TPMP, Didier Raoult, qui s’apprête à céder sa place de directeur de l’IHU, a relativisé «la durée d’efficacité» des vaccins anti-Covid, tout en défendant le fait qu’ils contribuent «à une protection d’une partie de la population».

L’infectiologue marseillais Didier Raoult, qui quittera ce 31 août ses fonctions de directeur de l’IHU Méditerranée Infection, était invité à s’exprimer sur la crise sanitaire dans l’émission Touche pas à mon poste sur C8. Habitué des sorties-choc, le professeur a remis le couvert dès le début de l’émission, en réagissant – alors qu’il pensait être hors antenne – aux échanges précédant son intervention : «Je ne participe pas à des débats comme ça. Je ne parle pas avec les dingues.»

«Dès qu’on a une nuance on est vu comme un anti-vax»

Evoquant une possible troisième dose de vaccin, le professeur de 69 ans, a fait valoir son point de vue : «Il y a trop de passion et pas assez de connaissances […] ces vaccins n’ont pas du tout la durée d’efficacité que les uns et les autres pouvaient espérer». «En réalité, il y a une dégradation de leur efficacité assez grande, et comme en plus de ça ils n’ont pas une efficacité aussi bonne sur les variants que sur la cible primaire sur laquelle ils avaient ciblé, bien entendu ça pose une question sur la durée d’efficacité de la vaccination», a-t-il développé.

Dire que le bénéfice est plus important que le risque, ce sont des choses raisonnables

Le Premier ministre Jean Castex avait en effet annoncé le 26 août que les résidents d’Ehpad pourraient recevoir une troisième dose de vaccin à partir du 13 septembre. Les plus de 65 ans et les personnes présentant des comorbidités pourront dès le 1er septembre, reprendre rendez-vous pour cette dose de rappel, jugée nécessaire par le gouvernement car «la protection vaccinale chez certaines personnes – les plus fragiles, les plus âgés – baisse».

Sur C8, l’infectiologue médiatique, connu pour sa défense de l’hydroxychloroquine comme traitement contre le coronavirus, a voulu nuancer les débats autour de la vaccination : «Je n’ai jamais prédit l’avenir mais ce que j’ai dit je le maintiens, le vaccin contribue à une protection d’une partie de la population. Mais ce n’est pas une baguette magique notamment avec la variabilité des vaccins à ARN», a-t-il avancé. Selon lui, il y a «trop de gens qui voudraient que cela ne marche pas du tout, d’autres qui voudraient que cela marche absolument». «J’ai vu cet affolement, j’ai vu cette passion, dès qu’on a une nuance on est vu comme un anti-vax. Dire que le bénéfice est plus important que le risque, ce sont des choses raisonnables», a-t-il synthétisé.

Raoult s’exprime sur sa relation avec Macron

Didier Raoult a par ailleurs été amené à s’exprimer sur sa relation avec le président de la République, qu’il avait rencontré en avril 2020, au début de la pandémie de coronavirus.

Expliquant qu’il appelait «une fois par semaine» l’un de ses conseillers, avant que ce dernier ne soit remplacé, Didier Raoult commente : «J’ai essayé de […] faire passer [à Emmanuel Macron] des messages que je considère comme essentiels pour le pays…»

«La politique, je considère que c’est compliqué, que ce n’est pas mon métier […] Le président fait ce qu’il peut mais, de toute manière, je ne voudrais pas être à leur place parce que ce n’est pas mon métier, je ne sais pas le faire, c’est multifactoriel», a encore affirmé le professeur, concluant : «La politique c’est l’Histoire qui la juge. La science il faut un peu de temps ; ça ne se fait pas sur un plateau télé.»

Ce 31 août, Didier Raoult quittera la tête de l’IHU Méditerranée infection. Ayant atteint l’âge de la retraite, le microbiologiste n’a pas été prolongé par la nouvelle direction de l’AP-HM (Assistance publique des hôpitaux de Marseille). Son nouveau directeur-général, François Crémieux, a d’ailleurs fait connaître sa volonté de «tourner la page» Didier Raoult à la tête de l’institution marseillaise, en raison selon lui de l’âge du professeur. «Par ailleurs, j’ai des désaccords de fond avec lui, sur la vaccination notamment», a néanmoins ajouté François Crémieux dans des propos rapportés par L’Obs.

Source à l’adresse RT France