Okinawa : l’armée américaine déverse de l’eau contaminée dans les égouts d’une ville, Tokyo s’excuse

Le gouvernement japonais a présenté ses excuses au maire de Ginowan après que l’armée américaine a procédé au déversement d’eaux contaminées dans les égouts de cette ville pour éviter un processus de traitement coûteux.

Ainsi que l’a rapporté le quotidien national The Asahi Shimbun, le gouvernement japonais s’est excusé le 2 septembre auprès du maire de Ginowan, municipalité située sur l’île d’Okinawa, pour «le déversement par l’armée américaine d’eau contaminée par un produit chimique dangereux dans le réseau d’égouts de la ville».

«Nous présentons nos plus profondes excuses […] Nous considérons qu’il est extrêmement regrettable que l’eau ait été déversée si soudainement», a déclaré le chef de la politique environnementale du ministère de la Défense, lors d’une réunion en présence du maire de la ville. Et le haut responsable du gouvernement de s’engager à mener des discussions avec les Etats-Unis pour traiter correctement la question du rejet d’eaux contaminées. «Il est très inhabituel que des bureaucrates de Tokyo se rendent à Okinawa pour traiter des problèmes liés à l’armée américaine qui y est basée», relève le journal japonais.

Un déversement pour éviter un processus de traitement onéreux

Cette réunion intervient une semaine après que les Marines américains de la base militaire de Futenma ont déversé dans les égouts locaux de l’eau contaminée aux sulfonates de perfluorooctane (SPFO), des particules chimiques dont la production est interdite au Japon depuis 2010. 

La préfecture d’Okinawa a de son côté dénoncé une opération décidée de façon unilatérale par l’armée américaine, appelant Tokyo à la rescousse pour l’aider à stopper ce déversement, comme l’a relaté le média japonais NHK World.

Selon The Asahi Shimbun, ces particules sont habituellement traitées par une entreprise spécialisée qui pratique une incinération permettant de décomposer à 99,999 % les SPFO mais les responsables de l’armée américaine ont cette fois-ci expliqué que l’une des raisons pour lesquelles l’eau devait être déversée directement dans le système d’égouts était «la charge financière excessive de ce processus de traitement». 

Comme l’explique le quotidien national, les responsables militaires américains ont de leur côté justifié le déversement en question par le fait que leurs réservoirs de stockage étaient proches de leur capacité maximale, et qu’il y avait une possibilité de débordement en cas de fortes pluies. L’armée américaine a par ailleurs annoncé que les 64 000 tonnes d’eau rejetées contenaient moins de 2,7 nanogrammes de SPFO par litre, ce qui selon elle correspond à une «eau saine».

Cet épisode s’inscrit dans le cadre d’une présence militaire américaine sur l’île d’Okinawa – où est basée plus de la moitié des quelque 50 000 militaires américains actuellement au Japon – régulièrement contestée au sein de la population insulaire.

Source à l’adresse RT France