Spatial russe : Vladimir Poutine visite le cosmodrome civil Vostochny, en Sibérie

Vladimir Poutine s’est déplacé au cosmodrome Vostochny, le 3 septembre 2021, afin d’évaluer l’avancement de la construction d’un complexe de lancement universel pour les lanceurs Angara, sur lesquels repose l’avenir spatial de la Russie.

«Vladimir Poutine s’est familiarisé avec l’avancement de la construction de la deuxième partie d’un complexe de lancement universel pour la famille de fusées Angara, comprenant des lanceurs des classes lourdes et super-lourdes», a écrit ce 4 septembre sur les réseaux sociaux le patron de Roscomos Dimitri Rogozine, au lendemain de la visite de Vladimir Poutine au cosmodrome Vostochny, dans le sud-est de la Sibérie.

Comme le rapporte l’agence de presse Tass, le président russe est arrivé sur les lieux le 3 septembre soir, après avoir participé au Forum économique oriental de Vladivostok, un événement dédié au développement du potentiel de la région, notamment avec la construction d’infrastructures énergétiques, industrielles mais aussi touristiques.

«Le président a inspecté le cosmodrome depuis un hélicoptère, puis il a visité le poste de commandement et le chantier de construction du complexe de lancement des fusées lourdes Angara», peut-on lire dans un communiqué du Kremlin relatant le déplacement du chef d’Etat russe à Vostochny.

Plusieurs images de la visite de Vladimir Poutine dans le cosmodrome ont été partagées sur les réseaux sociaux par l’agence spatiale russe.

Angara : des fusées sur lesquelles repose l’avenir spatial russe

Comme le souligne Roscosomos sur son site, la création du cosmodrome civil russe Vostochny remonte à 2007, et les travaux de construction se sont déroulés en deux phases. La première fut consacrée à la mise en place d’un complexe de lancement universel pour les lanceurs Soyouz-2, de 2012 à 2016. La deuxième comprend la construction d’une rampe de lancement pour les lanceurs Angara-A5, dont un premier décollage depuis le site est prévu pour 2023.

Les lanceurs Angara appartiennent à une famille de fusées développée par la Russie depuis la chute de l’Union soviétique. Ce programme de développement est destiné à remplacer les vieillissants lanceurs Proton, dont la technologie remonte aux années 1960. Cette famille de fusées fait recourt à une propulsion par mélange de kérosène et d’oxygène liquide, beaucoup moins polluant que les ergols toxiques utilisés pour les lanceurs Proton.

Source à l’adresse RT France