La campagne de vaccination se poursuit en Algérie, le pass sanitaire bientôt généralisé ?

L’Algérie veut donner un coup d’accélération à sa campagne de vaccination encore insuffisante par rapport à ses ambitions affichées. Parallèlement, des ministères et des administrations décident d’imposer le pass sanitaire.

L’Algérie a lancé une grande campagne de vaccination contre le Covid-19 du 4 au 11 septembre, journée baptisée le «Big day» par le gouvernement pour vacciner «le maximum de citoyens».

Lors d’une conférence de presse le 30 août, le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid avait affiché les objectifs à moyen terme : vacciner 70% de la population avant la fin de l’année 2021. Pour ce faire, le ministre a assuré que cinq millions de doses seront réceptionnées «prochainement» dans le pays, en plus de trois autres arrivages attendus avant la fin de l’année, rapporte TSA. Parmi ces arrivages, l’Algérie pourra sans doute compter sur une livraison de vaccin Johnson & Johnson venant des Etats-Unis dans le cadre du programme Covax de l’OMS, extraite du surplus des réserves américaines. Ainsi 604 800 doses devraient atterrir en Algérie, comme le rapportait Ouest France fin août. Le vaccin le plus utilisé en Algérie reste toutefois le vaccin chinois Sinovac, suivi du russe Spoutnik V et d’AstraZeneca, disponible en plus faible quantité dans le pays.

Jusqu’ici, huit millions d’Algériens ont reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, dont seuls trois millions ont reçu les deux doses du vaccin, sur une population de 43 millions d’habitants.

Vers la généralisation du pass sanitaire ?

Après un pic en juillet où environ 2 000 cas par jour étaient recensés, le pays semble connaître une accalmie de l’épidémie avec un bilan quotidien de 300 à 400 cas par jour, selon TSA. A la faveur de cette amélioration de la situation, fin août, le couvre-feu a été fixé à 22h au lieu de 20h, et les plages, les restaurants et autres lieux de loisirs ont été rouverts. Les salles de sport et les stades également, mais pour y accéder, il faut désormais un pass sanitaire. La réouverture des installations sportives «sera subordonnée à la présentation d’un passe sanitaire attestant la vaccination des gestionnaires et des usagers de ces installations ainsi que du strict respect du protocole sanitaire adopté pour faire face à l’épidémie de Covid-19», a précisé le ministère de la Jeunesse et des Sports le 5 septembre.

Si au niveau national aucune annonce en ce sens n’a encore été faite, des médias algériens se demandent si on se dirige vers une généralisation du pass sanitaire pour les endroits recevant un public nombreux. Des administrations ont en effet d’ores et déjà décidé d’imposer de manière unilatérale le sésame aux fonctionnaires et aux administrés, comme c’est le cas du ministère de la Justice, de la wilaya (préfecture) d’Oran et de la mairie de Bab Ezzouar, une commune d’Alger, comme le rapporte le journal Liberté. Ces administrations imposent ainsi la présentation d’une preuve vaccinale à l’entrée de leur siège.

Source à l’adresse RT France