Bientôt un vaccin Moderna «pan-respiratoire» contre la grippe et le Covid-19 ?

L’entreprise de biotechnologies américaines a annoncé le développement d’un sérum combinant un rappel vaccinal contre le COVID-19 et une dose de vaccin contre la grippe.

Le 9 septembre, l’entreprise Moderna a annoncé qu’elle était en train de mettre au point un «bivaccin» actuellement en phase I de développement et mêlant un rappel contre le Covid-19 et un vaccin contre la grippe.

Le succès commercial du vaccin anti-Covid de Moderna utilisant la technologie de l’ARN messager lui a permis d’accumuler 15 milliards de dollars de cash, comme le rappellent Les Echos. Un trésor de guerre que l’entreprise située à Cambridge dans le Massachusetts souhaite réinvestir pour développer cette technologie. 

La population va garder en mémoire l’épidémie et sera beaucoup plus disposée à une vaccination récurrente

Stéphane Bancel, le PDG français de Moderna, s’est exprimé en ces termes, relayés par Les Echos et L’Indépendant : «Moderna n’est pas l’entreprise du vaccin contre le Covid-19. En tout cas, pas seulement.» «Nous pensons qu’il y a une très grande opportunité devant nous, si nous pouvions mettre sur le marché un rappel annuel pan-respiratoire hautement efficace», a-t-il détaillé lors d’une présentation aux investisseurs, avant d’expliquer «la population va garder en mémoire l’épidémie et sera beaucoup plus disposée à une vaccination récurrente».

Le marché du vaccin contre la grippe pourrait ainsi croître à hauteur de 5 ou 6 milliards de dollars. Une donnée qui n’a pas échappé aux marchés, l’action Moderna ayant pris 6% à la bourse de New York après les annonces de Stéphane Bancel, comme le rappelle le quotidien régional.

Le milliardaire français estime que d’autres virus pourraient faire l’objet d’un vaccin produit Moderna : le VRS (virus respiratoire syncytial), Zika, le VIH (Sida) ou encore le CMV (cytomégalovirus), le plus avancé de tous. L’entreprise envisage également des vaccins à visée thérapeutique contre le cancer, et des traitements dans le domaine cardiovasculaire ou celui des maladies rares, comme l’indiquent Les Echos. «Mon rôle est de faire grandir cette entreprise […] basée sur les nouvelles technologies», résume Stéphane Bancel, qui compte entre autres sur le recours systématique à l’intelligence artificielle.

Source à l’adresse RT France