Salvador : les investisseurs étrangers exemptés d’impôt sur leurs gains en bitcoin

Le Salvador a décidé d’exempter d’impôt les investisseurs étrangers sur les gains qu’ils réaliseraient dans le pays en spéculant sur le bitcoin, qui a désormais cours légal dans le pays d’Amérique centrale.

«Si une personne a des actifs en bitcoin et obtient des gains élevés, il n’y aura aucun impôt. Cela [est fait] évidemment pour encourager les investissements étrangers», a fait savoir à l’AFP Javier Argueta, conseiller juridique de la présidence du Salvador, pays d’Amérique centrale qui a récemment fait du bitcoin une monnaie légale. «Il n’y aura à payer ni sur l’augmentation de capital, ni sur le revenu, aucun impôt. C’est un avantage qui a beaucoup intéressé», a-t-il ajouté.

L’instauration depuis le 7 septembre du bitcoin comme monnaie légale, à côté du dollar qui a remplacé la monnaie nationale, le colon, il y a 20 ans, a soulevé des craintes sur la possibilité de favoriser le blanchiment d’argent. 

Cependant Javier Argueta s’est voulu rassurant. Le porte-monnaie virtuel en bitcoin, le «Chivo», lancé par les autorités salvadoriennes pour réaliser les transactions «comporte des mécanismes pertinents» de traçabilité, selon lui. En principe, seuls les citoyens salvadoriens, résidant dans le pays, ou établis à l’étranger, peuvent avoir accès à l’application du «Chivo Wallet».

«Evidemment, ce qui est important, c’est la traçabilité de l’argent, la traçabilité de [son] origine et la traçabilité de là où vont les fonds. C’est déjà réglementé pour le secteur privé, et il y a une série de conditions qui doivent être remplies, les mêmes qu’aujourd’hui avec le dollar», a assuré le conseiller juridique de la présidence. «Nous appliquons une série de recommandations d’institutions internationales contre le blanchiment», a-t-il ajouté.

Javier Argueta a encore fait savoir qu’il était prévu d’arrêter temporairement les opérations en bitcoin si la valeur de celui-ci s’effondre, afin de minimiser ainsi l’impact dû à la volatilité de la cryptomonnaie. De même, en ce qui concerne les réserves en devises, la Banque centrale du Salvador a adopté des mécanismes pour faire face «à toute perte éventuelle», a-t-il assuré.

L’entrée en vigueur de la cryptomonnaie au Salvador a été marquée par des problèmes techniques pour télécharger le porte-monnaie électronique, tandis que le bitcoin dévissait, perdant 17% de sa valeur.

Pour le chef de l’Etat Nayib Bukele et son gouvernement, le bitcoin permettra notamment aux Salvadoriens d’économiser 400 millions de dollars de frais bancaires lors des envois d’argent par la diaspora, notamment installée aux Etats-Unis, qui représentent 22% du PIB du pays.

Source à l’adresse RT France