Russie : les robots Ouran-9 et Nerekhta utilisés pour la première fois dans les exercices Zapad-2021

Le ministère russe de la Défense a annoncé ce 13 septembre dans un communiqué avoir utilisé pour la première fois des robots Ouran-9 et Nerekhta dans le cadre d’exercices militaires de la région de Nijni Novgorod.

Alors que les exercices militaires Zapad-2021 ont eu lieu en présence du président russe Vladimir Poutine et de son ministre de la Défense Sergueï Choïgou, ce 13 septembre au polygone de Moulino dans la région de Nijni Novgorod, Moscou a annoncé dans un communiqué que l’armée avait utilisé pour la «première fois dans les dispositifs des unités interarmes de défense» des robots de reconnaissance et d’appui-feu Ouran-9 et Nerekhta.

Des missions de combat et de déminage

«Les complexes robotiques de reconnaissance et d’appui-feu ont combattu dans les dispositifs des unités de défense et ont détruit des personnels ainsi que des véhicules blindés de l’ennemi conventionnel à une distance de 3 000 à 5 000 mètres en utilisant le feu de missiles antichar radioguidés Ataka installés sur module de combat, des lance-flammes d’infanterie RPO PDM-A , des canons automatiques de 30 mm et des mitrailleuses Kalachnikov PKTM», détaille le texte.

Il est aussi précisé que le robot Nerekhta est «doté d’une mitrailleuse Kord de 12,7 mm et d’un lance-grenades AG-30M de 30 mm». «Il est conçu comme plateforme pour les missions de reconnaissance, la conduite de tirs sur les positions ennemies, l’acheminement rapide de munitions et d’équipements», lit-on encore. 

«Les complexes robotiques de déminage Ouran-6 ont également été utilisés conjointement avec des unités du génie pour ouvrir des passages dans des obstacles minés», relate plus loin le ministère de la défense russe. Ce robot démineur dispose du système de laser tactique Karier, qui peut «détecter et rendre inopérants les équipements optiques de reconnaissance et de surveillance de chars et autres véhicules blindés et d’armes légères ennemies», est-il encore précisé. 

Source à l’adresse RT France