Le directeur du château du Clos de Vougeot publie son dictionnaire insolite « Le Petit Fussner »

« Futile et cependant indispensable. » Ainsi se définit le premier dictionnaire qui porte le nom de son auteur, sans s’appeler ni Robert ni Larousse. Plein d’esprit de A à Z, l’ouvrage sera dévoilé lors du prochain salon Livres en Vignes (25-26 septembre), sis au château du Clos de Vougeot dont Richard Fussner est justement directeur.

Richard Fussner, le directeur du château du Clos de Vougeot, est un amoureux des bons mots. © Bénédicte Manière

Sacha Guitry disait que tout auteur devrait avoir écrit son bréviaire ; qu’on le cernait mieux à travers sa pensée qu’à travers ses paroles. Pour Richard Fussner, c’est un paradoxe. Le très sérieux directeur du château du Clos de Vougeot démontre que, comme la France de Montesquieu, il sait « faire des choses frivoles sérieusement et gaiement les choses sérieuses ». Car n’est-il pas excessivement sérieux que de s’octroyer le droit, habituellement réservé aux immortels de l’Académie française, de rédiger un dictionnaire ?

Richard Fussner l’a fait, très sérieusement, puisqu’il comporte 2022 définitions notées et pensées à mesure du temps qui passe, mais avec une frivolité rafraîchissante. Et il faut une certaine aptitude à l’humour pour avoir trouvé un éditeur (Sekoya à Besançon) après avoir défini ainsi le mot « édition » : « Industrie et commerce du livre où pour décrocher un contrat il faut coucher ou être connu ; impérativement et dans cet ordre » et ajouter ensuite : « C’est mon premier livre, peut-être le dernier, et personne ne m’attend ! ».

Digne héritier du Robert 

N’en tirons cependant aucune conclusion hâtive qui engagerait notre responsabilité et la respectabilité de cet auteur ayant sa propre définition de l’écriture : « Mode d’expression qui permet d’avoir le dernier mot quand bien même on aurait raison. » Quoiqu’il en soit, si les dictionnaires humoristiques ne sont pas nouveaux et ont de tout temps attiré les écrivains, Le Petit Fussner se veut plus drôle et moins poussiéreux que certains autres ouvrages du genre. Un digne héritier du Robert qu’Alain Rey (directeur du dictionnaire éponyme et fervent admirateur d’Alphonse Allais) n’aurait pas boudé si Dieu lui avait prêté vie.

En cela, Richard Fussner fait partie de l’univers de ceux qui veulent réécrire le monde. Et est un parfait serviteur du mot « mot » : « Son, groupe de sons ou de lettres formant une unité de sens que l’on associe savamment à d’autres pour leur faire dire malgré eux n’importe quoi. » Pas mieux.  

Par Antoine Gavory  


📚 Le Petit Fussner, de Richard Fussner, Éd. Sekoya, sortie fin septembre 2021
Livre broché de 324 pages – 25€ TTC. À commander ici.

Source à l’adresse Dijon/Beaune, le mag