Face aux pénuries, des artisans obligés de réduire la voilure

« La pénurie de matières premières se poursuit, certains artisans obligés de réduire la voilure dans le Berry ».

La presse locale et régionale regorge d’une mine d’informations concrètes qui ont du mal, bien souvent à se frayer un chemin jusqu’aux grandes chaînes nationales, et pourtant…

« Certains artisans berrichons sont obligés de réduire un petit peu la voilure en ce mois de septembre, en raison de la pénurie de matières premières qui se poursuit. Toujours pas d’amélioration en vue. Les prix s’envolent.

Cette rentrée de Septembre est compliquée pour un certains nombre d’artisans ou d’entreprises du BTP en Berry. Si vous devez faire des travaux chez vous, vous vous en êtes sans doute rendus compte : difficile de trouver certaines matières premières – du bois de l’acier ou encore du polystyrène – à des prix abordables Résultat : de nombreux chantiers sont repoussés. Cela fait des mois que cette pénurie dure. Certains étaient partis en vacances en espérant que la situation s’améliore; ils découvrent à la rentrée que ca n’est toujours pas le cas.

Résultat de cette pénurie, déjà amorcée avant l’été : les prix s’envolent. Le coût de certains chantiers a ainsi plus que doublé en quelques mois. « Pour nous, la hausse de l’acier a été d’environ 126 % depuis le début de l’année, avec des hausses successives. C’est du jamais vu » explique Tony Auclair, artisan spécialisé dans la toiture à Luant (Indre). Ceux qui travaillent le bois semblent être le plus en difficulté dans l’Indre, mais ces augmentations et cette pénurie touche une large gamme de matière, jusqu’à l’électronique. Depuis quelques temps Emmanuel Ferrand a du mal à trouver certaines pièces. Il gère une entreprise spécialisée dans l’électricité, la climatisation et le chauffage à Châteauroux. « À l’heure actuelle, je n’ai aucun délai sur des luminaires que j’ai commandé. On m’annonçait fin Octobre, maintenant ils n’ont plus de vision (…) On a une pénurie, mais on a aussi une augmentation des prix très fortes que les clients ne comprennent pas » détaille le gérant ».

Il y a donc les prix qui s’envolent et c’est logiquement prévisible depuis des mois.

Je vous disais que l’inflation serait visible à la rentrée de septembre.

Nous y sommes.

Mais il y a aussi les chantiers qui sont stoppés nets, faute de marchandises.

Des inquiétudes pour l’activité de certains

« Face à cette hausse des prix, et à la difficulté de trouver certains matériaux, le spécialiste de la toiture Tony Auclair a été obligé de mettre en suspens deux chantiers. « On n’arrive plus à être alimentés en liteaux. Pour nous c’est comme la baguette de pain chez le boulanger, c’est le plus gros volume qu’on traite. Et là on est vraiment alimentés au minimum ». Cet artisan qui emploie 9 personnes arrive pour le moment toujours à faire travailler tous ses salariés; « Mais il ne faudrait pas que ça dure » s’inquiète le gérant ».

Nous petite entreprise on n’a pas la trésorerie qui nous permet d’avoir des chantiers arrêtés pendant un certain nombre de temps – Tony Auclair

Si les chantiers ne peuvent pas être réalisés, alors c’est la croissance économique et la reprise elle-même qui est menacée.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Francebleu.fr ici

Source à l’adresse Insolentiae