Etats-Unis : manifestation contre George W. Bush et l’intervention militaire en Irak

A Beverly Hills, en Californie, quelques dizaines de manifestants dénonçant l’intervention américaine en Irak en 2003 se sont rassemblés devant un théâtre où l’ancien président américain George W. Bush devait prononcer un discours.

Le 19 septembre, quelques dizaines de manifestants se sont rassemblés devant le théâtre Saban de Beverly Hills où l’ancien président américain George W. Bush devait prononcer un discours, afin de dénoncer l’intervention américaine en Irak en 2003 sous prétexte de «guerre contre la terreur». Les protestataires ont brandi des pancartes sur lesquelles était notamment inscrit : «Arrêtez Bush maintenant !»

Le lendemain, un vétéran de la guerre en Irak dénommé Mike Prysner a interpellé publiquement George W. Bush, en lui demandant quand ce dernier allait s’excuser «pour le million d’Irakiens qui sont morts parce [qu’il a] menti». Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, on peut entendre Mike Prysner invectiver en ces termes celui qui fut président des Etats-Unis de 2001 à 2009 : «Vous avez menti sur les armes de destruction massive, vous avez menti sur les liens avec le 11 septembre […] Vous avez menti sur le fait que l’Irak était une menace […] Vous m’avez envoyé en Irak en 2003. Mes amis sont morts […] Vous avez tué des gens […] Mes amis sont morts parce que vous avez menti !»

George W. Bush a tenté de l’interrompre en lui disant de «s’asseoir et de bien se tenir», en vain. Mike Prysner a été expulsé de l’auditorium par le personnel de sécurité après avoir crié ces derniers mots : «Vous devez vous excuser ! Excusez-vous !»

En 2003 fut déclenchée l’opération «Liberté irakienne» dans le cadre de la «guerre contre la terreur» annoncée par George W. Bush suite aux attentats du 11 septembre 2001. Il s’agissait d’une guerre préventive censée contrer la menace d’armes de destruction massive dont l’administration Bush affirmait (à tort) détenir la preuve dans un rapport présenté au Conseil de sécurité de l’ONU le 12 septembre 2002.

Cette intervention de près de neuf ans s’est soldée par la mort du chef d’Etat Saddam Hussein, puis par l’apparition de Daesh sur le territoire irakien. «Le plus grand regret de toute cette présidence consistera dans la défaillance du renseignement en Irak», a déclaré George W. Bush lors d’une interview sur la chaîne ABC.

Source à l’adresse RT France