Afflux de toxicomanes à Paris : un mur dressé entre la capitale et sa proche banlieue (VIDEOS)

Parallèlement à l’opération de déplacement d’une centaine de toxicomanes jusqu’alors installés dans le quartier des jardins d’Eole, dans le nord-est de Paris, un mur a été érigé entre Pantin et la capitale.

Un rempart dressé entre une capitale et sa banlieue proche pour contenir des flux de toxicomanes… L’initiative est digne d’un récit d’anticipation aux airs dystopiques et pourtant, c’est d’une réalité pour le moins tangible qu’il s’agit dans le nord-est parisien, où un double mur de parpaings a été construit ce 24 septembre aux abords de la porte de Pantin, afin de boucher un tunnel reliant, sous le boulevard périphérique, la ville de Seine-Saint-Denis à Paris.

«Un mur vient d’être construit à l’entrée du passage Forceval qui relie Paris à Pantin afin de bloquer un accès à la Seine-Saint-Denis aux consommateurs de crack et également pour éviter une installation à l’intérieur du passage», a constaté notre reporter Charles Baudry, vidéo à l’appui du mur érigé.

L’ouvrage a été réalisé quasi simultanément au déplacement vers le square de la Porte de la Villette d’une centaine de toxicomanes qui rôdaient jusqu’alors dans le quartier des jardins d’Eole (XVIIIe arrondissement). Comme le rapporte l’AFP, l’opération, menée par la préfecture de police sur instruction du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a suscité la colère du maire PS de Pantin, Bertrand Kern. «Je suis furieux car la maire d’Aubervilliers et moi-même avons été mis devant le fait accompli […] On vient rajouter 150 crackeux aux Quatre chemins, qui est déjà une poche de misère», a déclaré l’édile de Seine-Saint-Denis.

Vous allez nous voir comme des fourmis, tout le monde va venir puisque c’est très grand ici

«Il fallait que ça bouge et tant mieux si ce matin ça bouge, mais pour autant, restons très vigilants sur les implications de la suite de cette évacuation», a pour sa part commenté le maire du XIXe arrondissement parisien, François Dagnaud, au micro de RT France.

Par ailleurs, le journaliste indépendant Clément Lanot, qui est allé à la rencontre de toxicomanes, a pu recueillir les propos d’une consommatrice de crack sur place. «On va s’adapter comme on peut […] croyez-moi, à un moment vous allez nous voir comme des fourmis, tout le monde va venir puisque c’est très grand ici», a-t-elle notamment commenté avant d’exposer sa dépendance à la drogue dure.

Source à l’adresse RT France