Le Covid-19 désormais comparable à la grippe, selon le directeur adjoint de la santé en Norvège

A la faveur de la couverture vaccinale, le coronavirus peut désormais être classé parmi les maladies respiratoires liées aux variations saisonnières, a déclaré Geir Bukholm, le directeur adjoint de l’Institut norvégien de santé publique.

Le Covid-19 est-il dorénavant comparable à une simple grippe ? C’est en tout cas l’avis du directeur adjoint de l’Institut norvégien de santé publique (FHI), Geir Bukholm, qui a déclaré le 20 septembre que le coronavirus pouvait désormais être classé dans la même catégorie que des maladies telles que la grippe, le rhume et le virus respiratoire syncytial (VRS).

«Nous sommes maintenant dans une nouvelle phase où nous devons considérer le coronavirus comme l’une des nombreuses maladies respiratoires liées aux variations saisonnières», a-t-il expliqué au quotidien norvégien VG. Sa conclusion intervient après une requête mi-septembre du ministère norvégien de la Santé et des Affaires sociales, qui avait demandé au FHI d’évaluer si le Covid-19 était toujours une maladie dangereuse.

La grande majorité présentera de légers symptômes ressemblant à un rhume

Bien que l’Institut n’ait pas encore rendu son rapport, son directeur adjoint a clairement souligné le fait que le Covid n’était plus aussi dangereux qu’au moment de son émergence, car «la grande majorité des personnes à risque sont protégées» par la vaccination, a-t-il estimé. En Norvège, «dans la population de plus de 18 ans, 90% ont reçu la première dose et 83% ont été complètement vaccinés».

«Bien que l’infection circule toujours, le nombre de cas dans les hôpitaux reste faible. Ainsi, le coronavirus n’entraînera plus une charge lourde pour les services de santé. Pour les personnes vaccinées qui peuvent être infectées et développer des symptômes, la grande majorité présentera de légers symptômes ressemblant à un rhume», a ajouté Geir Bukholm.

Il a cependant averti que même si le Covid pouvait désormais être comparé à d’autres maladies respiratoires courantes, la pandémie était loin d’être terminée «tant qu’elle existe dans le monde et dans les pays où la couverture vaccinale est encore faible». «Tant que les maladies se propageront dans le monde, il y aura toujours une pandémie », a averti le scientifique norvégien.

Quasiment toutes les restrictions sanitaires levées en Norvège

Quelques jours après les déclarations de Geir Bukholm, la Norvège a levé le 25 septembre quasiment toutes les restrictions mises en place en mars 2020 pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 : le nombre de personnes participant à des événements publics et privés n’est plus plafonné, la règle du mètre de distance a été levée, de même que les quelques restrictions encore en place dans les bars et restaurants. Enfin, les poignées de main sont désormais aussi possibles.

«Il s’est écoulé 561 jours depuis que nous avons introduit les mesures les plus sévères jamais adoptées en temps de paix, 561 jours qui ont contraint nos existences comme, je crois, personne n’aurait pu l’imaginer auparavant», avait déclaré  lors d’une conférence de presse la veille le Premier ministre Erna Solberg, qui avait elle-même écopé en avril d’une amende d’environ 2 000 euros pour avoir enfreint ses propres règles anti-Covid en organisant sans y participer un repas pour son anniversaire.

Source à l’adresse RT France