Quatre Palestiniens tués en Cisjordanie occupée lors de heurts avec l’armée israélienne

Quatre Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne en Cisjordanie occupée lors de heurts. L’armée israélienne a affirmé que ces affrontements s’étaient déroulés durant «une opération destinée à démanteler une cellule terroriste du Hamas».

Quatre Palestiniens ont été tués ce 26 septembre dans des heurts avec l’armée israélienne en Cisjordanie occupée. Une information à la fois annoncée par le ministère de la Santé palestinien et l’armée israélienne.

Trois Palestiniens ont été tués dans le village de Bidu, à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Jérusalem, et un autre à Borquin, près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, selon ces sources. L’armée israélienne a affirmé que ces affrontements s’étaient déroulés durant «une opération destinée à démanteler une cellule terroriste du Hamas», le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza.

Un porte-parole de l’armée israélienne, Amnon Sheffler, a déclaré à l’AFP que les Palestiniens tués étaient membres du Hamas. «Une opération destinée à arrêter des terroristes du Hamas qui a débuté le 25 septembre au soir est en cours», a-t-il fait valoir. «Un terroriste a été appréhendé le 25 septembre au soir près de Jénine sans heurts puis le 26 au matin, des échanges de feu ont éclaté quand l’armée est venue arrêter un autre terroriste à Borquin», a poursuivi le porte-parole.

«Dans ces affrontements, un terroriste a été tué et un autre armé a été arrêté», a-t-il ajouté, mentionnant une autre arrestation à Kabatia, dans le même secteur. Par ailleurs, ce 26 septembre, «trois terroristes ont été tués dans des échanges de tirs à Bidu», a encore déclaré le porte-parole.

Un photographe a vu de grandes taches de sang dans le village proche de Beit Annan, où le Hamas a affirmé que les heurts avaient eu lieu, selon des médias palestiniens. Le Hamas a confirmé la mort d’un de ses membres dans le village de Bidu du nom d’Ahmad Zahran, tandis que le Djihad islamique a affirmé que le Palestinien tué à Borquin, Ossama Soboh, était l’un de ses membres.

Source à l’adresse RT France