Eric Zemmour passe devant le candidat de la droite pour la première fois dans un sondage

Alors qu’il n’a pas déclaré sa candidature à la magistrature suprême, le polémiste Eric Zemmour – qui occupe l’espace médiatique depuis plusieurs semaines – dépasse pour la première fois dans un sondage d’intentions de vote le candidat de la droite.

Pour la première fois depuis qu’il est testé dans des sondages d’intentions de vote, Eric Zemmour – qui laisse entretient le doute sur sa candidature pour 2022 – devance le candidat de la droite, peu importe les cas de figure. Selon un sondage Ipsos Sopra Steria pour France info et Le Parisien publié ce 1er octobre, le candidat putatif est en effet donné à 15%, entre Marine Le Pen à 16% et Xavier Bertrand à 14%. Selon la même enquête, si Valérie Pécresse représente la droite, elle est créditée de 12% des intentions de vote, derrière Eric Zemmour à 15%, et la candidate du Rassemblement national à 17%.

Le président sortant Emmanuel Macron est donné à 24 ou 25% selon qu’il est opposé à Xavier Bertrand ou à Valérie Pécresse. A gauche, les candidats LFI Jean-Luc Mélenchon et EELV Yannick Jadot sont chacun crédités de 9% des voix, avec la socialiste Anne Hidalgo à 5,5%.

Si Michel Barnier est le candidat de la droite, il est donné à 11%, Eric Zemmour à 15%, Marine Le Pen à 17%, et Emmanuel Macron à 25,5%. A gauche, les scores restent inchangés sauf pour Yannick Jadot, donné à 9,5%. Si Eric Zemmour ne se présente pas à la présidentielle, Marine Le Pen remonte à 25%, ainsi que Xavier Bertrand à 17%. Emmanuel Macron est lui donné à 25%.

Marine Le Pen atteint 26% comme Emmanuel Macron dans le scénario Valérie Pécresse, elle-même donnée à 14%. Toujours sans Eric Zemmour, Marine Le Pen atteint 26% et Emmanuel Macron atteint 27% dans le scénario Michel Barnier, donné à 13%. A gauche, quel que soit le scénario à droite, toujours sans Eric Zemmour, les scores varient très peu : Jean-Luc Mélenchon est à 8,5%, Yannick Jadot à 9% et Anne Hidalgo toujours à 5,5%. Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Enquête réalisée en ligne du 29 au 30 septembre auprès d’un échantillon de 1 500 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Source à l’adresse RT France