Les opposants au pass sanitaire mobilisés à nouveau pour un douzième samedi de contestation

Enclenchée au milieu de l’été, la mobilisation nationale contre le pass sanitaire traverse les saisons malgré une participation en baisse. Pour le douzième samedi de suite, des opposants à la gestion gouvernementale de la crise défilent en France.

Après une semaine lors de laquelle ont été annoncées la fin de la gratuité pour les tests de dépistage de «confort», une potentielle prolongation du pass sanitaire jusqu’à l’été 2022 ou encore l’entrée en vigueur immédiate de son application pour les adolescents, les opposants à la gestion gouvernementale de la crise se retrouvent ce 2 octobre autour de plusieurs points de ralliement en France, pour le douzième samedi d’affilée.

Manifester rappelle que rien de ce qui se passe n’est normal

Paris, Marseille, Toulouse, Lille, Strasbourg, Vannes ou encore Grenoble : en amont de cette nouvelle journée de mobilisation nationale, des sources policières citées par l’AFP attendaient entre 40 et 60 000 manifestants dans le pays, dont 5 à 10 000 dans la capitale où pas moins de cinq rassemblements sont organisés.

«Manifester rappelle que rien de ce qui se passe n’est normal. Que nous n’acceptons pas que ce pass de la honte et toute cette folie soient la nouvelle normalité. Qu’on est humains, Français libres, pas zombies sous QR code. Alors manifestez ! Où vous voulez mais manifestez !», a par exemple tweeté Florian Philippot quelques heures avant le rassemblement dont il est à l’initiative.

Des restrictions ont par ailleurs été décrétées dans plusieurs villes, comme par exemple à Montpellier où «le préfet de l’Hérault a interdit la manifestation anti-pass sanitaire dans le centre-ville entre 10h et 20h en dehors d’un itinéraire déterminé», comme annoncé sur les réseaux sociaux.

Source à l’adresse RT France