Un rapport parlementaire alerte sur les prochaines libérations de détenus radicalisés

La Délégation parlementaire au renseignement (DPR), appelle à un suivi accru des détenus radicalisés dont la sortie programmée pourrait constituer une menace dans un contexte de risque d’attaque islamiste.

Les sorties de prison des détenus condamnés pour faits de terrorisme islamiste vont «sensiblement s’accélérer en 2023 et 2024» souligne, le 5 octobre, la Délégation parlementaire au renseignement (DPR), qui appelle à un suivi accru pour éviter toute récidive. Parmi les «motifs de préoccupation au regard de la menace terroriste» évoqués par la DPR dans son rapport annuel, figure «le risque lié aux sortants de prison».

Dans les prisons françaises, le nombre de détenus condamnés pour des faits de terrorisme islamiste décline

«Le nombre de détenus condamnés pour des faits de terrorisme islamiste commence à décliner dans les prisons françaises», soulignent les parlementaires, en notant que 163 d’entre eux seront libérés dans les trois ans à venir.

Au premier trimestre 2021, les prisons françaises comptaient «environ 470 détenus TIS [terrorisme islamiste]», contre 550 à 600 sur la période 2018-2019, auxquels s’ajoutent «environ 700 détenus condamnés pour des faits de droit commun radicalisés». 

«Il s’agit pour les services de renseignement de prévenir tant les attentats commis en détention que ceux susceptibles d’être perpétrés par des sortants de prison», soulignent ses auteurs. A cet égard, «de plus en plus de personnes sont suivies en milieu ouvert par les services pénitentiaires d’insertion et de probation |SPIP]». Depuis octobre 2017, «147 sortants de prison condamnés pour terrorisme se sont vu notifier une mesure individuelle de contrôle administratif et de surveillance (MICAS)».

Par ailleurs, au sein même des prisons, le renseignement pénitentiaire a vu ses moyens renforcés et «de nouveaux quartiers d’évaluation de la radicalisation (QER) et de prise en charge de la radicalisation (QPR) ont été créés ou le seront prochainement, en particulier dédiés aux femmes», rappelle la DPR, qui estime «nécessaire d’augmenter le nombre de places pour femmes» au sein de ces unités.

Un premier QER dédié aux détenues a ouvert ses portes à la prison de Fresnes, qui disposera de 8 places fin 2021. Et un premier QPR pour femmes a ouvert en septembre au centre pénitentiaire pour femmes de Rennes, avec une trentaine de places à terme.

Pour les rapporteurs, les personnes retenues dans les camps en Syrie sont un «vivier stratégique pour Daesh»

Autre inquiétude exprimée par la DPR, «la reconstitution possible d’une menace projetée au vu de la dégradation de la situation sécuritaire» en zone irako-syrienne. «Les personnes retenues dans les camps du nord-est syrien représentent un vivier stratégique pour Daesh, en particulier les mineurs considérés comme de véritables « lionceaux du califat »», fait-elle valoir.

Depuis la chute de l’EI (Etat islamique) en 2019, Paris a rapatrié au cas par cas 35 enfants français sur les 200 à 300 détenus en Syrie. La France estime en revanche que les adultes, accusés de complicité avec l’organisation terroriste, devraient être jugés sur place. 175 parlementaires français, majoritairement de gauche, mais aussi de la majorité, ont appelé lundi dans une tribune au Monde, à «rapatrier immédiatement» ces enfants français et leurs mères, «détenus arbitrairement» selon eux dans des camps du nord-est de la Syrie.

Source à l’adresse RT France