L’homme qui avait volé du matériel aux pompiers arrêté pour avoir menacé Blanquer de mort

L’homme qui s’était filmé le 2 octobre alors qu’il dérobait du matériel dans un camion de sapeurs-pompiers dans le Val-de-Marne, a de nouveau été placé en garde à vue le 6 octobre suite à des menaces de mort proférées contre Jean-Michel Blanquer.

Alors qu’il venait tout juste d’être remis en liberté, l’homme âgé de 20 ans qui s’était lui-même filmé en train de dérober du matériel dans un camion de sapeurs-pompiers dans le Val-de-Marne, insultant et menaçant les forces de l’ordre, a de nouveau été interpellé et placé en garde à vue ce le 6 octobre au commissariat de Juvisy-sur-Orge (Essonne).

Selon les informations communiquées par Valeurs actuelles et le site Actu17, son interpellation fait suite à des insultes et menaces de mort proférées à l’encontre du ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer.

Dans une vidéo qu’il a lui-même diffusée sur le réseau social Snapchat, on peut l’entendre s’en prendre au ministre et à l’éducation nationale. «Là on arrive, vous allez voir ! Nique ta mère à Blanquer et à l’Education Nationale, bande de fils de putes ! J’ai raté le Bac !», articule-t-il.

Il est à noter que l’on peut également voir sur la vidéo un individu exhibant une arme de poing qu’il braque devant l’objectif. La séquence ne dure que huit secondes.

Ce n’est pas la première fois que le jeune homme en question fait sensation sur les réseaux sociaux. Une autre vidéo du jeune individu se présentant comme «arabe et musulman banlieusard» avait fait le tour des réseaux sociaux dans la journée du 2 octobre.

«Je vais aller dans le commissariat, Allah Akbar, je vais les niquer»

Dans la vidéo diffusée sur Snapchat, on pouvait le voir dérober du matériel dans un camion de pompier intervenant dans une école à Ablon-sur-Seine dans le sud-est de la banlieue parisienne, comme l’a rapporté Le Figaro. Diffusant également des photos des pompiers, celui qui se fait appeler Rayan avait commenté les clichés en traitant les soldats du feu de «fils de pute».

Le cinéaste dans l’âme ne s’était pas arrêté en si bon chemin. Dans une autre vidéo, toujours diffusée sur Snapchat, il avait menacé les forces de police en imitant le bruit de tirs d’une mitrailleuse et en déclarant : «Je vais aller dans le commissariat, Allah Akbar, je vais les niquer.»

Les vidéos n’avaient pas manqué de faire réagir des syndicats de police. Matthieu Valet, porte-parole et secrétaire national adjoint du Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP), avait ainsi tweeté : «Vol dans un camion de pompiers, menace de commettre un attentat dans un commissariat de #Police. Pour Samuel Paty, cela avait commencé aussi par des mots, des menaces, on connaît le résultat. Ce sinistre personnage doit rendre des comptes à la justice».

Selon Le Parisien, le jeune homme, qui avait un casier judiciaire vierge au moment des faits, avait écopé d’un stage de citoyenneté dans le cadre d’une «composition pénale», une procédure judiciaire où le mis en cause, qui doit reconnaître les faits, se voit proposer une peine par le procureur, sans passer par un procès.

Source à l’adresse RT France