Pas de vaccin, pas de greffe du rein : au Colorado, une patiente se voit refuser une transplantation

Une patiente américaine attendant une greffe du rein s’est vu refuser la transplantation pour cause de non-vaccination contre le Covid-19. Sa donneuse potentielle, elle aussi non vaccinée, s’indigne de cette mesure.

Au Colorado (ouest des Etats-Unis), une femme qui souffrait d’insuffisance rénale de stade cinq s’est vu refuser une greffe de rein parce qu’elle et sa donneuse potentielle n’étaient pas vaccinées.

Selon plusieurs médias, l’hôpital de l’université du Colorado a envoyé une lettre à Leilani Lutali, 56 ans, qui devait recevoir un rein de Jaimee Fougner, 45 ans, l’informant que la procédure ne pouvait pas être effectuée tant que les deux femmes n’auraient pas été vaccinées contre le Covid-19.

«Je me sens contrainte. J’ai l’impression que ma vie est entre leurs mains en échange d’un injection. Et l’attitude [de l’hôpital] est de me dire : « Faites-vous piquer »», a déclaré Leilani Lutali au média local Denver7. Quant à sa donneuse, Jaimee Fougner, elle se dit indignée par ce refus. «Me voici, prête à être donatrice directe pour elle […] Comment puis-je m’asseoir ici et leur permettre d’assassiner mon amie alors que j’ai un rein parfaitement bon et que je peux lui sauver la vie ?», a-t-elle déclaré à CBS.

Dans sa lettre, l’hôpital de l’université du Colorado aurait informée la patiente qu’elle était «inactivée» sur la liste d’attente pour «non-conformité» car elle n’a pas reçu le vaccin Covid, et qu’elle avait 30 jours pour obtenir sa première dose condition sine qua non pour revenir au statut actif sur la liste. «Si votre décision est de refuser la vaccination contre le Covid, vous serez retirée de la liste des greffes de rein», poursuit la lettre, partagée sur Twitter par le représentant de l’Etat du Colorado, Tim Geitner (Parti républicain).

L’hôpital explique que Leilani Lutali continuera tout de même à accumuler du temps d’attente, mais qu’elle ne recevra pas d’offre de transplantation tant qu’elle sera «inactive» sur la liste.

Des raisons religieuses et quelques lectures

La patiente en attente a fait part de ses inquiétudes concernant le vaccin contre le Covid-19 pour des raisons religieuses non précisées. Elle a également affirmé que le sérum pourrait ne pas avoir l’effet escompté sur elle en raison des médicaments immunosuppresseurs qui seraient administrés après la greffe. «Tant d’un point de vue religieux que d’après quelques lectures, je ne suis pas certaine que ce soit la bonne voie à suivre», a-t-elle déclaré aux médias locaux. 

Elle a par ailleurs expliqué avoir contracté le virus l’été dernier et qu’elle était «presque asymptomatique». Confiante, elle pense que si elle attrapait une deuxième fois le virus, «ce serait minime», suggérant par là qu’elle pourrait avoir un certain niveau d’immunité naturelle.

Dans une longue déclaration fournie aux médias le 6 octobre, l’hôpital du Colorado a pour sa part expliqué que les chirurgies de transplantation sont des procédures «uniques» qui comportent des risques de «complications graves», pouvant aller jusqu’au décès, et que toutes les précautions doivent être prises pour éviter les effets indésirables. Les receveurs d’organes sont confrontés à un risque important» de Covid-19 après la chirurgie, souligne l’hôpital, citant des recherches qui ont révélé un taux de mortalité par coronavirus beaucoup plus élevé chez les patients transplantés.

Source à l’adresse RT France